la-gamme-se-decline-en-3-modeles

Une technologie de purification de l’air par oxydation évolutive

Depuis la crise de la Covid-19, les exigences sanitaires ont révélé l’importance de la qualité de l’air intérieur (QAI). Filtration particulaire, filtres électrostatiques, plasma froid, charbons actifs, rayonnement UV-C, photocatalyse… Il existe une multitude de technologies permettant de purifier l’air. Dans cet esprit, la start-up bretonne Naolyz a développé une nouvelle méthode de traitement de l’air basée sur l’oxydation évolutive. De quoi intéresser les entreprises qui veulent maintenir un air sain dans leurs bureaux et protéger leurs employés. 

naoliz-a-developpe-une-methode-de-traitement-de-l-air-par-oxydation-evolutive
Naoliz a développé une méthode de traitement de l’air par oxydation évolutive. © Naoliz

Un effet d’oxydation

La technologie de l’oxydation évolutive avancée consiste en une source lumineuse combinée à deux amalgames de semi-conducteurs. De quoi provoquer un phénomène d’oxydation capable de découper la chaîne carbonée des molécules polluantes et contaminantes présentes.  

Une purification en 3 heures

Selon Naolyz, qui équipe désormais de grands groupes tels que General Electrics Health Care ou Sanofi, cette technologie atteint un niveau de performance élevé sur l’air (jusqu’à LOG5) et sur les surfaces de la pièce (jusqu’à LOG4). Testée en laboratoire, la méthode s’avère efficace en moins de 3 heures à 99, 95 % sur les polluants, les micro-organismes tels que les virus ou encore les allergènes. 

la-gamme-se-decline-en-3-modeles
La gamme de purificateur se décline en 3 modèles LYZ3, LYZ6 et LYZ15. © Naoliz

Trois modèles de purificateurs

À partir de cette technologie, Naolyz a conçu une gamme de purificateurs pour les professionnels composée de trois modèles LYZ3, LYZ6 et LYZ15. Parmi les avantages, l’oxydation évolutive ne fait pas de bruit, contrairement à d’autres techniques de purification. Utilisable en présence humaine, ce procédé n’utilise pas non plus de mercure et nécessite très peu de maintenance. Enfin, elle consomme très peu d’énergie et peut s’adapter à n’importe quel volume à traiter. 

Ségolène Kahn


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.