Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Une exposition itinérante dédiée à la protection respiratoire

Entre les masques anti-poussière et les détecteurs de gaz tels que le benzène et le butadiène, Dräger a décidé d’embarquer ses dernières nouveautés à bord d’un camion showroom qui va traverser la France.

Découpes en scieries, manipulation de colles ou solvants, cargaisons de poussières… certaines activités requièrent le port d’un masque de protection respiratoire contre la poussière et les composants organiques volatiles (COV). Dans le sillage des acteurs spécialisés dans ce type d’équipement, le fabricant Dräger, spécialiste en matière de technologie médicale et de sécurité au travail, part en mission d’évangélisation. Embarquées dans un camion showroom dernier cri, ses équipes vont sillonner les routes franciliennes du 11 mars au 2 avril à la rencontre de leurs clients, prospects et distributeurs.

Identifier les enjeux des partenaires
Dunkerque, Compiègne, Marne-la-Vallée, Paris, Saint-Nazaire, Lacq, Lyon… durant ce roadshow partant du Nord-Ouest de la France, pour descendre en sept étapes vers l’Est, les équipes auront pour mission de prendre la température auprès de leurs interlocuteurs afin de mieux cerner leurs besoins et leurs contraintes sur les chantiers. Il s’agira également de présenter les dernières nouveautés de leur entreprise, notamment le dernier masque anti-poussière en date, le X-Plore 1900. Ce masque jetable, disponible en deux tailles, allie confort, étanchéité et protection contre les projections comme la sciure, les matières poncées et autres poussières.

Une nouvelle gamme de détecteurs
Le camion exposera, en outre, la nouvelle gamme de détecteurs de gaz X-pid 9000/9500, axée COV. Les appareils qui la composent sont dotés de capteurs capables de détecter la présence de benzène et de butadiène dans des concentrations très faibles. A cet égard, le fabricant indique d’ailleurs que ses qualités de mesure s’inspirent des analyses en laboratoire par chromatographie.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion