UNe-quinzaine-de-laureates-recompensees

Un trophée européen pour récompenser les professionnelles de la cybersécurité

Les femmes sont les grandes absentes du secteur de la cybersécurité. C’est d’ailleurs ce que pointe le rapport publié en juin 2021 par Numeum, l’organisation professionnelle de l’écosystème numérique. Selon ce document intitulé « Chiffres et datas du secteur numérique », il n’y aurait que 28 % de femmes dans le secteur du numérique. 11 % seulement travaillent dans le métier de la cybersécurité. On est donc très loin de la parité.

UNe-quinzaine-de-laureates-recompensees
Une quinzaine de lauréates ont été récompensées. © DR

Promouvoir les femmes dans la cybersécurité

Une situation que déplorent les différentes associations qui militent pour promouvoir les femmes dans ce secteur et susciter de nouvelles vocations grâce à l’accompagnement et à la promotion de « Role Model ». A l’instar de ce que propose le Cercle des femmes de la cybersécurité (Cefcys). Créée par Nacira Salvan sa présidente, cette association qui réunit 250 adhérentes et sympathisantes a remis le 26 octobre dernier les trophées des femmes de la cybersécurité. Il s’agit d’une seconde édition sachant que la précédente s’est tenue l’an dernier. Ciblant uniquement des professionnelles françaises, elle avait reçu plus de 300 candidatures.

Une quinzaine de lauréates récompensées

Pour 2021, la seconde édition baptisée l’European Cyber Women Day ouvre nos frontières aux professionnelles ayant eu un parcours et des réalisations remarquables à travers l’Europe. Il s’agit d’une quinzaine de femmes entrepreneures, dirigeantes, chercheuses, professionnelles du support, étudiantes, etc., qui ont été récompensées par les membres du jury. Parmi lesquels citons Alain Bouillé, délégué général du Cesin (Club des experts de la sécurité de l’information et du numérique) et Chloé Blondeau, experte nationale détachée à l’Enisa (agence européenne pour la cybersécurité). Sans oublier Bernard Barbier, président de BBCyber qui rappelle que le président américain a nommé des femmes pour piloter sa stratégie et ses opérations de cybersécurité.

Surmonter les a priori et lever les freins

Cette cérémonie qui s’est déroulée à Paris a été l’occasion pour les participants d’assister à des tables rondes. Parmi lesquelles, « comment attirer et garder les femmes dans les métiers de la cyber ». L’occasion de rappeler qu’en aidant les femmes à surmonter leurs a priori ainsi que les freins et les préjugés dont elles sont victimes, il serait possible d’endiguer la pénurie de compétences qui affecte aujourd’hui le secteur de la cybersécurité.

Eliane Kan


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.