Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Un spray biocide naturel pour remplacer les gels hydroalcooliques

La startup Spartha Medical prévoit de lancer au troisième trimestre prochain un gel biocide antiviral et antimicrobien d'origine végétale. Complètement dépourvue d’alcool, cette solution est issue de recherches menées par un laboratoire universitaire pour protéger les implants médicaux des bactéries et autres microbes.

Avec près de 20.000 nouveaux cas de Covid-19 et plus de 800 nouvelles admissions à l’hôpital pour la seule journée de dimanche dernier, il est toujours essentiel de respecter la distanciation sociale, le port du maque et le lavage des mains. A défaut d’avoir accès à un point d’eau et à du savon, les autorités de santé recommandent l’usage des gels hydroalcooliques. Or, ces produits peuvent avoir des effets délétères sur la santé des professionnels.

ce-spray-anti-covid-sera-commercialise. fin du troisième trimestre.

Ce spray anti-Covid sera commercialisé fin du troisième trimestre. © Spartha Medical

Antibiorésistance, allergie et autres effets délétères

Sachant qu’ils contiennent au moins 60 % d’alcool, ils peuvent détruire le microbiome cutané. Lequel protège la peau contre les UV, agents polluants et autres agressions extérieures. En clair, l’utilisation trop fréquente de gel hydroalcoolique peut favoriser l’antibiorésistance. Autre effet délétère de ce produit, il favorise l’absorption par la peau du bisphénol A (BPA), un perturbateur endocrinien, par la peau. Enfin, l’utilisation excessive du gel hydroalcoolique peut donner lieu à des irritations cutanées et des allergies.

Spray biocide d’origine végétale

Pour limiter ces risques, Spartha Medical, une startup alsacienne met la dernière main à une solution innovante d’origine végétale. Totalement dépourvue d’alcool et de dérivé chloré, elle se présente comme une alternative prometteuse aux gels hydroalcooliques. Il s’agit d’un spray biocide, antiviral et antimicrobien qui a pour effet de désactiver la Covid-19 et de l’empêcher d’infecter les cellules. Il bénéficie de vingt années d’expertise et de recherches menées au sein de l’Unité 1121, un laboratoire de recherche commun à l’Inserm et l’Université de Strasbourg. Une équipe de chercheurs dirigée par Philippe Lavalle y travaille sur des matériaux en biopolymères naturels destinés à protéger les implants médicaux contre les bactéries et autres microbes.

Adaptation d’une formule existante

« Nous avons profité du premier confinement pour adapter la formulation de notre revêtement à la prévention contre les virus dont la Covid-19 et les bactéries », rapporte Nihal Engin Vrana, le CEO de Spartha Medical. A l’origine, cet ancien chercheur a travaillé dix ans à l’unité 1121. Et ce, avant de créer en 2019 la startup avec deux autres chercheurs. Dont une doctorante et Philippe Lavalle. Ensuite, grâce à un accord signé avec la Satt Conectus, la spin-off bénéficie de licences d’exploitation des brevets. Lesquels proviennent des recherches de l’Unité 1121.

Commercialisation fin du 3ème trimestre

D’ailleurs, la startup a bénéficié de 600 000 euros de subventions auprès de Bpifrance et de la région Grand Est. Ce qui lui permet de préparer une première levée de fonds. Objectif, passer à l’industrialisation du gel biocide. Dans cette perspective, elle aménage au Centre de recherche en biomédecine de Strasbourg un atelier de production. Sa capacité de production sera de quelques centaines de milliers de flacons de 30 millilitres. La commercialisation devrait démarrer d’ici la fin du troisième trimestre. Soit le temps d’obtenir une autorisation de mise sur le marché des produits.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion