Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risque incendie

Un détecteur de fumée connecté pour les maisons intelligentes

Le fabricant FireSafe vient de dévoiler sa nouvelle génération de détecteurs de fumée. Ces appareils connectés se gèrent à travers une appli qui offre une surveillance en temps réel.

Une cigarette de trop ajoutée à une viande trop grillée et c’est le détecteur de fumée qui hurle dans toute la maison ! Depuis l’obligation en mars 2015 de les installer dans toutes les habitations, les DAF causent bien des tracas. Trop sensibles ou mal réglés, ces appareils nichés au plafond se déclenchent souvent de manière intempestive. Pour y remédier, le spécialiste de la sécurité incendie FireSafe dévoile Konyks, un nouveau détecteur de fumée connecté. Avec ses capteurs photo-électriques, il réduit le risque de fausses alarmes. De plus, il se combine avec d’autres appareils intelligents comme les ampoules connectées. De quoi intéresser les habitations et les bureaux plus high-tech.

ce-detecteur-de-fumee-connecte-peut-declencher-l-allumage-des-ampoules-de-la-piece-en-cas-d-incendie

Ce détecteur de fumée connecté peut déclencher l’allumage des ampoules de la pièce en cas d’incendie.
© FireSafe

Un appareil orienté domotique

Tout d’abord, le fabricant a conçu Konyks pour répondre aux exigences domotiques et de la maison intelligente. Outre sa compatibilité avec de nombreux IoT, il se connecte en temps réel au smartphone. Ainsi, au moindre incident, l’utilisateur reçoit une notification, plutôt que de laisser l’alarme sonner dans un appartement vide. De quoi améliorer significativement la sécurité anti-incendie.

Automatiser des scénarios domotiques

De plus, sa compatibilité avec d’autres objets domotiques confère au détecteur quelques avantages. Au sein d’une application dédiée, il est possible de gérer d’autres appareils comme des ampoules connectées. Une fois les appareils inscrits dans l’appli, il suffit de créer des scénarios d’automatisation. Par exemple, en cas de départ de feu, les lumières peuvent toutes s’allumer d’un coup. De concert, l’alarme se déclenche avec une puissance sonore de 85 décibels à 3 mètres.

Une détection plus fiable

Enfin, le détecteur, disponible au prix de 39,99 euros, fonctionne par détection photo-électrique. Soit un procédé plus précis que les DAF traditionnels. Ce qui réduit les risques de fausse alerte et améliore la capacité de réponse en cas d’incendie avéré. Côté autonomie, il embarque deux piles lithium à la durée de vie de deux ans. Pour garantir son efficacité, le fabricant a décroché la certification CE EN14604. Il a également été validé par le TÜV, un institut de surveillance technique allemand.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion