Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Sympatex veut recycler les vieux vêtements de travail usés

Pleinement engagé dans sa démarche RSE, ce fabricant de membranes et de laminés veut produire en 2030 des textiles à partir de granulés issus du recyclage de vêtements professionnels usés en polyester.

Dans le secteur du vêtement professionnel, de plus en plus d’entreprises mènent une stratégie RSE (1). C’est le cas notamment d’Armor-Lux, Cepovett, Mulliez Flory, Molinel et de leurs fournisseurs comme TDV Industries ou Sympatex, un producteur de membranes. En adoptant une telle démarche, elles s’engagent à limiter les effets de leur activité sur l’environnement. Et pour cause. La production de fibres naturelles et synthétiques est connue pour avoir un impact sur l’eau, le sol et l’air. La part de l’industrie textile dans les émissions de dioxyde de carbone s’élève à 8 %. En 2030 elle devrait doubler et passer à 50 % en 2050. Autre source de préoccupation, le textile serait responsable de 17 % à 20 % de la pollution de l’eau dans le monde.

Approche innovante d’écoconception

C’est dans ce contexte que le munichois Sympatex mène une approche innovante d’écoconception qui vise à réduire son impact sur l’environnement. Créée en 1986, l’entreprise est présente dans une vingtaine de pays. Elle rassemble une centaine de salariés. En collaboration avec des partenaires triés sur le volet, le groupe développe, produit et distribue des membranes et des laminés. Destinés au secteur de l’habillement et des chaussures, ses textiles 100 % recyclables ne contiennent ni PTFE (2) et ni PFC (3). Cette démarche résulte d’un travail mené par Sympatex pour classifier les matières selon leur taux de sympathie avec l’environnement et utiliser avant tout des tissus recyclés et recyclables.

En 2030, des tissus 100% recyclés

Herve-Clerbout-responsable-de-la-filiale-francaise-de-Sympatex

Hervé Clerbout dirige la filiale française Sympatex Technologies. © DR

Déjà actif en matière de réduction des impacts sur l’environnement, le fabricant cherche à aller plus loin en « bouclant la boucle ». L’idée est de produire ses textiles en partant uniquement de granulés issus du recyclage de vêtements usés en polyester. Ce gisement abonde. 50 % des textiles produits recourent à cette fibre. «  D’ici 2030, notre objectif est de fabriquer des tissus 100% recyclés en utilisant uniquement des fils polyesters issus d’anciens vêtements et non plus de bouteilles PET comme nous le faisons depuis 2011 », déclare Hervé Clerbout, dirigeant de la filiale française Sympatex Technologies.

Initiative portée par Orée

La filiale française du groupe éponyme opère en France depuis 1987. Elle partage ses expériences et ses travaux sur le recyclage du polyester avec les membres du projet Frivep. Portée depuis 2016 par l’association Orée, cette initiative réunit des donneurs d’ordre (dont la SNCF, La Poste, GRDF, EDF). Mais aussi des partenaires techniques et financiers comme le Ceti (4) et l’Ademe (5), ainsi que des industriels dont font partie TDV Industries et Sympatex.

Guide Frivep sorti en juin dernier

Le projet Frivep porte sur le réemploi et le recyclage de vêtements professionnels. À l’heure actuelle, il n’existe pas de solution technique autre que l’incinération ou l’enfouissement pour ce type d’articles en fin de vie. Frivep vise à évaluer la faisabilité technique et économique d’une filière nationale qui leur serait dédiée. À l’instar de ce qui existe pour le secteur de l’habillement domestique. Après une première expérimentation de 18 mois, le projet a donné naissance à un premier guide. Sorti en juin dernier, il vise à sensibiliser les donneurs d’ordre et leur service achat.

Bonus et malus en vue

Il y a urgence car les réglementations sont de plus en plus contraignantes. À l’instar de la loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire. Laquelle stipule que fin 2021 ou fin 2023 selon les secteurs, les entreprises devront donner ou recycler leurs produits non alimentaires neufs. En outre, elle étend le principe de la responsabilité élargie du producteur (Rep) de la fin de vie à la conception du produit. Avec un bonus sur les contributions versées pour la gestion et le traitement de la fin de vie des produits. Et un malus pour ceux qui n’intègrent pas l’écoconception. Le secteur du vêtement professionnel sera à terme concerné.

Cette-veste-a-pour-particularite-d-etre-entierement-recyclee-et-recyclable

Cette veste professionnelle est entièrement recyclée et recyclable. © D.R.

Veste recyclée et recyclable

De quoi conforter Sympatex dans ses recherches sur la faisabilité technique du recyclage de laminés en polyester. L’entreprise a ainsi mené des essais pilotes avec différents partenaires industriels en Allemagne et en Europe. En témoigne Wear2wear qui vise à fabriquer des produits textiles dépourvus de contaminants à partir de vêtements usagés. À l’exemple de cette  première veste professionnelle entièrement recyclée et recyclable.

Nouveau gisement pour l’industrie

Pour boucler la boucle, l’entreprise va un cran plus loin encore avec la startup britannique Worn Again Technologies. Spécialiste du recyclage des polymères, cette dernière vient de lancer une installation pilote de R&D à Redcar en Angleterre. Son ambition est de créer en Europe et au-delà des unités industrielles produisant des granulés à partir de polyester usés et autres déchets textiles non réutilisables. Un formidable gisement en perspective pour l’industrie du vêtement professionnel.

Eliane Kan

(1) Responsabilité sociétale des entreprises
(2) Polytétrafluoroéthylène
(3) Perfluorocarbures ou hydrocarbures perfluorés
(4) Centre européen des textiles innovants
(5) Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

 

 

Commentez

Participez à la discussion