Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Stimuler l'acuité visuelle des salariés pour réduire le risque routier lors des déplacements professionnels

Les accidents de la route représentent le plus grand danger parmi les accidents du travail. L'une des causes relèverait d'une mauvaise acuité visuelle. A cet égard, un traitement développé aux Etats-Unis, le Revital Vision, propose des exercices de stimulation du cerveau afin d'améliorer la vue.

Près de 20.000 accidents de la route ont lieu chaque année dans le cadre professionnel. Ces accidents sont aussi la première cause de décès au travail. En 2012, la Sécurité routière a chiffré auprès des travailleurs 19.565 accidents routiers parmi lesquels 115 décès et 1.878 handicapés à vie. Un constat qui implique directement l’employeur dont la responsabilité pénale est engagée à chaque déplacement professionnel. Pour lutter contre ce problème, les habituelles solutions de sensibilisation, comme les séminaires et les formations, ne sont peut-être plus tout-à-fait à la page. En outre, un traitement, le Revital Vision créé par une société américaine éponyme, commence à faire ses preuves. Associée à VOIS, une société spécialisée depuis quatre ans dans l’amélioration des troubles visuels en France, le procédé part du constat que l’une des causes des accidents routiers serait due à un défaut de l’acuité visuelle. Ainsi le tandem RevitalVision-VOIS propose-t-il des exercices personnalisés sur ordinateur afin de stimuler le cerveau et améliorer ainsi la vue.
Un rapport publié récemment par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) rapporte que, parmi les automobilistes français, 700.000 auraient une vision incompatible avec la conduite, particulièrement la nuit. De fait, un conducteur sur trois aurait une vue mal corrigée, tandis qu’un conducteur sur 20 verrait très mal sans le savoir. Parmi les risques induits par ce défaut de la vision, celui de ne pas remarquer un clignotant, de ne pas se rendre compte qu’une voiture arrive en face, mal distinguer un panneau ou encore être incapable de bien lire la vitesse à laquelle on roule. En outre, une des possibilités afin d’améliorer la vue serait donc de stimuler la plastique du cerveau. « Le cerveau est un outil puissant. N’en ayons pas peur et osons utiliser toutes les possibilités qu’il nous offre, surtout s’il s’agit de réduire les accidents de la route », affirme Elise Maurizet, chargée de communication pour la filiale française de RevitalVision.
Le principe est simple et non intrusif : apprendre au cerveau à mieux voir en renforçant les connexions neuronales existantes, voire en en créant de nouvelles. Une manière d’accélérer la réponse des neurones dans le cortex visuel primaire et d’obtenir une meilleure réactivité oculaire. Tout commence par un contrôle visuel sur le patient. Les données produites par ce test sont ensuite traitées sur un serveur de RevitalVision, capable de créer un entraînement personnalisé. Au rythme de 30 à 40 sessions d’entraînement, de 30 minutes en moyenne, tous les deux jours, le salarié pourrait obtenir des résultats durables. Comme gagner 2/10ème d’acuité visuelle en plus ou encore une meilleure sensibilité au contraste. A ceux qui émettent encore quelques réticences face à ces méthodes neuronales, sachez que ce concept se base sur les résultats du Prix Nobel de physique Dennis Gabor, et sur 20 ans de recherches ophtalmologiques au sein d’instituts américains. De plus, il bénéficie de la mention CE et de l’approbation de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux, la FDA.

Ségolène Khan

Commentez

Participez à la discussion