Sondage Anact-CSA : le stress touche l’ensemble des catégories de salariés et plus particulièrement les cadres

A l’occasion de la sixième « Semaine pour la Qualité de Vie au Travail », le Réseau ANACT a réalisé, avec l’institut CSA, un sondage par téléphone auprès des salariés français sur leur perception du stress au travail. Le sondage met en évidence un point essentiel : le stress touche 4 salariés sur 10. En effet, 41 % des salariés sondés se disent stressés dont 13 % très stressés. Ce chiffre atteint 47 % pour les catégories socioprofessionnelles supérieures (CSP +) et 57 % pour les cadres supérieurs. Même si des clivages apparaissent entre les catégories professionnelles, entre les secteurs d’activité, le genre, le statut et l’âge des salariés, le stress touche l’ensemble des catégories de salariés, ce qui tend à démontrer que personne n’échappe au risque d’altération de santé professionnelle. 60 % des personnes qui se disent stressées attribuent exclusivement cet état à leur vie professionnelle. 38 % l’attribuent conjointement à leur vie professionnelle et personnelle : ce chiffre monte à 41 % pour les femmes et descend à 32 % pour les hommes. Le contexte économique actuel semble renforcer le niveau de stress des salariés français. 54 % des salariés stressés déclarent que la crise économique contribue à leur état de stress au travail. La cause du stress est avant tout d’origine professionnelle, mais ses répercussions débordent la sphère du travail pour impacter aussi la sphère privée. En effet, les troubles physiques dus aux conditions de travail sont relativement fréquents, notamment en termes de fatigue, de tensions musculaires et de difficultés à penser à autre chose qu’au travail une fois à la maison. 64 % des personnes, qu’elles soient stressées ou pas, déclarent avoir ressenti un de ces symptômes : fatigue importante (37 %), tensions musculaires (29 %), difficultés à ne plus penser au travail une fois à la maison (28 %), troubles du sommeil (25 %), anxiété (25 %), irritabilité (19 %), maux de tête (17 %) et baisse de vigilance (12 %). L’influence de l’organisation du travail sur le stress apparaît très affirmée. 40 % des salariés répondent que l’organisation du travail génère du stress (48 % pour les salariés d’entreprises entre 150 et 999 salariés).
Les salariés des petites entreprises apparaissent moins affectés par le stress (68 % des salariés de TPE se déclarent non stressés), une des hypothèses pouvant être qu’ils bénéficient d’une organisation du travail moins complexe. Enfin, à la question « Comment réagissez-vous quand vous êtes stressés par votre travail ? », 91% des salariés déclarent faire la part des choses/s’adapter au mieux à la situation, et 76% disent se ressourcer dans des activités personnelles. Les aides comme l’encadrement, les collectifs de travail, la médecine du travail sont des recours possibles, même s’ils apparaissent en fin de liste. Lorsque les salariés se tournent vers la médecine, c’est vers le médecin traitant, pour rechercher un soutien thérapeutique.
> Les résultats complets du sondage sont disponibles en ligne sur :
www.qualitedevieautravail.org.
* 1 000 salariés ont été interrogés par téléphone à leur domicile. L’échantillon est représentatif des salariés français actifs occupés de 18 ans et plus (quotas de sexe, âge et catégorie socioprofessionnelle). L’enquête a été menée du 25 mars au 1er avril 2009.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.