Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Serenicity, nouvel ange gardien de la Safe City

La startup créée en 2018 se positionne sur deux fronts. Le premier concerne la surveillance sonore des villes grâce à un réseau de capteurs connectés au réseau urbain de vidéosurveillance. Le second vise la cybersurveillance grâce à des box installées dans les entreprises, conçues pour détecter et bloquer les cyberattaques.

Image d'une ville

Le réseau de capteurs déployé dans la ville est connecté à la vidéosurveillance.  © Serenicity

Le développement économique et l’urbanisation rapide des villes nécessitent de rendre les villes plus sûres tant pour les citadins que pour les entreprises. Un défi que relèvent les acteurs de la Safe City. A commencer par Serenicity qui présente actuellement son offre sur APS 2019, Porte de Versailles. L’offre de cette startup créée en 2018 intéresse deux applications. La première concerne la surveillance sonore couplée à la vidéosurveillance afin de détecter des événements et enrichir la levée de doute. La seconde application concerne la cybersurveillance. Un domaine où Serenicity se distingue en proposant aux entreprises des box qui détectent en temps réel les cyberattaques de sorte à les bloquer.  Situées entre le réseau local des utilisateurs et leur routeur d’accès internet, elles jouent le rôle de sentinelles au service de la communauté que constituent les utilisateurs de Detoxio, du nom de la box de Serenicity. Laquelle vise les grandes entreprises, PME, TPE et collectivités.

5 000 nouvelles adresses IP toxiques par jour

Les Detoxio sont conçus pour collecter les adresses utilisées par les pirates et les envoyer aux serveurs de Serenicity qui les agrègent avant de mettre à jour les bases de données embarquées dans ses boîtiers. Plus d’un million d’adresses IP toxiques sont enregistrées dans ses serveurs auxquels s’ajoutent chaque jour 5 000 nouvelles. Les Box ne se contentent d’ailleurs pas de détecter des attaques extérieures, elles sont aussi capables de bloquer les fuites de données liées à des malwares, d’en identifier l’origine et d’alerter le chef d’entreprise. Cette offre qui sera disponible sur abonnement moyennant quelques dizaines d’euros par mois n’est pas encore commercialisée. Elle le sera début 2020. En attendant, elle fait l’objet d’une expérimentation dans l’agglomération de Saint-Etienne. D’ici la fin de l’année, une cinquantaine d’entreprises et collectivités en seront équipées. Ce qui va les aider à diagnostiquer l’état de leur système d’information et leur conformité au Règlement général sur la protection des données personnelles en Europe (RGPD) et caractériser leurs traces numériques dans le Dark et le Deep Web. « Pour aller plus loin encore dans la détection des cyberattaques, nous étudions les processus d’attaque des hackers afin d’en faire profiter notre système de défense nationale », indique Fabrice Koszyk, ingénieur télécoms et directeur général de Serenicity dont il est cofondateur. Citons aussi le groupe industriel Verney-Carron spécialisé dans l’armurerie de chasse et l’industrie de la défense ainsi que Fabienne et Thierry Veyre et Eric Petrotto, tous trois spécialisés dans l’informatique.

Surveillance sonore des villes

Forte ce ces différentes compétences, la startup lorgne aussi le marché des objets connectés au service de la Safe City. Elle a noué un partenariat avec Nomosense, un spécialiste de l’IoT (Internet des objets) afin de déployer un réseau de capteurs sonores dans l’espace urbain connecté au réseau de vidéosurveillance de la ville. « Grâce à ces capteurs connectés, nous sommes capables d’identifier une dizaine de sons comme des explosions, détonations, cris etc., et de transmettre l’alerte aux agents de vidéosurveillance qui sauront ainsi géolocaliser l’événement », indique Fabrice Koszyk . Ce dirigeant tient à souligner le fait que le système n’enregistre pas de sons sachant que la détection est opérée en temps réel par les capteurs, conformément aux obligations de la Commission nationale Informatique et Libertés (CNIL) qui mène actuellement une étude sur la conformité de la solution proposée par Serenicity.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous