Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Sentinel, un dispositif pour sécuriser les engins de levage

Fruit d’un travail de recherche de cinq ans, ce dispositif a été conçu par l’entreprise d’ingénierie Foc Transmissions ainsi que le spécialiste du transport par câble Seirel. Il permet notamment de réduire les distances de freinage d’un engin de levage et donc, les risques d’accidents.

Face au risque de collision engin piéton, l’entreprise viennoise d’ingénierie et de mécanique, Foc Transmissions, a développé une technologie visant à sécuriser les systèmes de levage sur les sites sensibles. Baptisé Sentinel, ce dispositif a nécessité cinq années de recherche en collaboration avec le spécialiste du transport par câble Seirel, du groupe d’automatismes et équipements Gérard Perrier.

frein-et-liaison-du-dispositif-sentinel

Frein et liaison du dispositif Sentinel.
© Foc Transmissions

Une absorption puissante de l’énergie cinétique

Résultat, Sentinel est capable d’absorber jusqu’à 100 fois l’énergie cinétique d’un engin de levage. Il faut savoir que cette énergie apparaît lorsque le véhicule est en marche, à partir de sa vitesse. De fait, elle est susceptible d’allonger les distances de freinage. Un phénomène dangereux qui peut pousser le conducteur à mal évaluer sa distance d’arrêt et donc de provoquer un accident. 

detail-de-la-liaison-cannelee

Détail de la liaison cannelée.
© Foc Transmissions

Une distance d’arrêt de quelques millimètres

D’où l’intérêt d’un dispositif capable d’absorber cette énergie tel que Sentinel. Dans le cas de ce dernier, « la distance d’arrêt de l’engin est de quelques millimètres, quel que soit l’événement », affirme Foc Transmissions. En conséquence, l’entreprise garantit que «le couple de freinage et les efforts retransmis à la structure sont deux fois moins importants ». Avec un temps moyen d’actionnement de 0,004 secondes pour freiner. 

Une solution pour les sites sensibles

Ce qui en fait un dispositif qui se dédie particulièrement aux sites sensibles « dans lesquels la sécurité est un élément essentiel ». Comme par exemple dans les secteurs du nucléaire, de la défense, de la sidérurgie ou encore de la réparation navale. Ces derniers pourront d’ailleurs le découvrir à l’occasion du salon du World Nuclear Exhibition qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 2 décembre 2021. 

De nombreux acteurs participants

Enfin, il faut savoir que Sentinel a réclamé la participation de nombreux acteurs. Outre Seirel, Foc Transmissions cite les pôles de compétitivité mécanique CIMES, Bourgogne Nucléaire et Mer PACA. Ont également participé la société ADC, spécialiste dans la fabrication de ponts roulants, les centres de recherche des écoles d’ingénieurs l’Enise de Saint-Etienne pour la modélisation mécanique. Quant à l’analyse des risques, c’est l’Institut national des sciences appliquées INSA Centre-Val-de-Loire qui s’en est chargé.  

Des soutiens territoriaux

En parallèle, le développement du produit a été confié à trois entreprises utilisatrices, à savoir EDF, Aubert & Duval et le Port de Marseille. Côté institutionnel, le projet a bénéficié du soutien de collectivités et d’organismes publics comme la Direccte, la région Auvergne-Rhône-Alpes, le conseil général de l’Isère ainsi que Vienne-Condrieu Agglomération.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion