Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Sécurité routière : le rhume presque plus dangereux que l’alcool au volant ?

Avec la saison des rhumes et des grippes qui a commencé, se pose la question de leurs effets indésirables sur la sécurité au volant. Baisse de la vigilance, non respect des distances de sécurité, aveuglement dû à l'éternuement... l'impact du rhume ou la grippe sur la conduite est loin d'être anodin.

Chaque année, c’est la même chose à cette période : on entre dans la saison du rhume et de la grippe. Habituel, le rhume n’est pourtant pas si anodin lorsque nous prenons le volant pour aller au travail ou, pis, lorsque conduire fait partie du métier.

Selon une étude britannique citée par V-Traffic.com, un service en ligne d’info-trafic temps réel en Allemagne, Danemark, Finlande, France, Norvège, Pologne et Suède édité by Mediamobile (filiale de TDF Group), les effets du rhume et de la grippe seraient nettement plus importants qu’une alcoolémie positive au volant.

Un temps de réaction deux fois plus long
Qu’on en juge ! « Le rhume ou la grippe ralentissent le temps de réaction de 36 millisecondes. Tandis que consommer de l’alcool, au-delà de la limite légale, le diminue de  »seulement » 15 millisecondes », constate le professeur Andy Smith de l’Université de Cardiff (Royaume-Uni), initiateur de cette étude.

Ce n’est pas tout ! La fébrilité liée au rhume ou à la grippe rendrait les personnes moins conscientes du danger. Et le scientifique de pointer du doigt le danger que représentent les conducteurs en état grippal car ils ont tendance à ne pas respecter les distances de sécurité. Une précédente étude, toujours britannique, datant de 2009, avançait le nombre de 125.000 accidents corporels par an liés à un conducteur enrhumé ou grippé.

L’éternuement : un danger bien plus grand qu’on ne le pense

Quant à l’éternuement, il rendrait le conducteur  »aveugle » pendant environ trois secondes. Le temps de parcourir 45 mètres à la vitesse de 50 km/h ou 117 mètres à 130km/h !

Ajoutons aussi l’effet des médicaments contre le rhume ou la grippe. Qu’il s’agisse de sirops, cachets, spray ou gouttes nasales ces substances chimiques, même vendus sans ordonnance, sont également susceptibles d’altérer l’aptitude à conduire.

Comme pour l’alcool, allons-nous finir par dissuader nos collègues grippés de prendre le volant en cas de rhume ou de grippe ? Même si l’organisation du travail s’en trouve complexifiée, ce serait plus sûr.

Ces réflexion viennent poser la question de la santé et sécurité de nos travailleurs isolé, déjà l’un des métiers les plus dangereux en france!

Erick Haehnsen

Commentez

Participez à la discussion