Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risque incendie

Sécuriser les installations anti-incendie sur double fréquence

Mise au point par Finsecur, Radio Sextant permet aux détecteurs incendie de communiquer grâce à une borne radio et non plus par câble. Ce qui pourrait bien intéresser les installateurs de systèmes de lutte contre l'incendie voulant gagner du temps.

Certains bâtiments complexes tels que les hôpitaux, les gares ou encore les aéroports rencontrent de grandes difficultés à installer leurs systèmes de détection d’incendie. En cause, le câblage des appareils de détection fixés aux plafonds où les fumées se dirigent naturellement. Ce qui pose de sérieux problèmes lorsque les installateurs ne disposent que de très peu de temps, ou lorsqu’il ne faut pas endommager les lieux. Face à cette situation, de nombreux spécialistes de la détection incendie optent pour des systèmes de communication par radio. En témoigne le spécialiste des systèmes de sécurité Finsecur qui vient de se mettre à la page avec sa nouvelle gamme, Radio Sextant. Laquelle est actuellement présentée à l’occasion du salon Expoprotection, qui se tient du 6 au 8 novembre 2018 à la Porte de Versailles.

Un signal de communication vérifié
Si les systèmes de communication par radio séduisent de plus en plus les acteurs de la détection incendie, c’est tout d’abord par leur facilité et leur rapidité d’installation, qui s’affranchit des câblages comme des goulottes… A charge, pour les installateurs, de tester d’abord la puissance du signal radio issu de la borne, afin de s’assurer de la fiabilité de la communication. Pour ce faire, le fabricant délivre un détecteur de test de champs capable de fournir son diagnostic en une minute.

Un logiciel de programmation
Une fois la fiabilité de la communication prouvée, reste à  »enseigner » aux appareils de détection qu’ils doivent désormais dialoguer par radio-fréquence avec la borne radio et non plus par câble. A cet égard, la solution dispose d’une application mobile et d’un logiciel relié à une clé émettrice. Un duo chargé d’attribuer un code unique à chaque détecteur que centralise la borne. Ce code permet donc d’identifier et de géolocaliser chaque détecteur.

Une double fréquence sécurisée
Pour des installations neuves, le fabricant a également prévu une série de détecteurs disposant d’une autonomie de huit ans grâce à leurs batteries au lithium ainsi que d’une communication entre deux points allant jusqu’à 1 000 m en champ libre. Côté sécurité, l’ensemble du système repose sur une technologie d’étalement de spectre minimisant les risques de brouillage électromagnétique. Celle-ci utilise une double fréquence ainsi qu’un protocole propriétaire en bande étroite.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous