Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

SBT prépare le projet Massai pour mesurer et agir contre le stress au travail

Avec le projet Massai, cette société lyonnaise étudiera la dilatation de la pupille pour mesurer le stress. Elle projette également de réaliser un Serious Game pour mieux gérer sa respiration.

« Plus d’un salarié européen sur cinq déclare souffrir de troubles de santé liés au stress au travail », précise l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) dans un dossier mis en ligne sur son site internet. La France est particulièrement touchée. En 2007, l’INRS, en collaboration avec Arts et Métiers ParisTech, a évalué le coût social du stress en France à 2 à 3 milliards d’euros. Partant de ce constat, l’entreprise lyonnaise Scientific Brain Training (SBT), spécialisée dans l’ingénierie cognitive et le conseil, planche sur le projet Massai, un outil de diagnostic du stress au travail. Massai est mené en collaboration avec la société Corys, spécialisée dans la conception de simulateurs pour la formation et les études, le Laboratoire des usages en technologies d’information numériques (Lutin) et l’équipe Multicom du Laboratoire informatique de Grenoble (LIG).

Démarré en 2011 et soutenu par le Fond unique interministériel (FUI), Massai devrait être fin prêt cet été. Mais le 24 janvier dernier, le projet de SBT était d’ores et déjà sélectionné dans les 20 objets de l’innovation collaborative réunis dans une exposition à Bercy par le ministère du Redressement productif. Preuve que Massai est attendu !

Dilatation de la pupille comme mesure du stress. « Le projet s’articule autour de deux axes, décrit Adrien Tedesco, coordinateur du projet et consultant chez SBT. Un diagnostic du niveau de stress du participant d’abord, puis des solutions pour mieux gérer les situations anxiogènes. » Pour mesurer le stress, SBT entend fournir à terme un procédé d’analyse de données objectives. Comme d’autres solutions concurrentes le font. « Mais les dispositifs existants s’appuient essentiellement sur la fréquence cardiaque, la variabilité cardiaque ou la réponse électrodermale , constate Adrien Tedesco. Nous allons intégrer une nouvelle mesure physiologique en étudiant la dilatation des pupilles, un autre bon indicateur de stress chez la personne comme le suggère nos études menées sous la direction du Laboratoire Lutin. Le stress entraîne une dilatation de la pupille, liée à l’activité du système nerveux. »

Données subjectives. Le projet Massaï ne prend pas seulement en compte des mesures objectives. L’outil s’appuie également sur un questionnaire interactif développé sur tablette tactile. « Pour le mettre au point, nous nous sommes basés sur des tests psychologiques reconnus que nous avons retravaillés pour les rendre plus ludiques et plus rapide à réaliser, poursuit Adrien Tedesco. En dix minutes, le quizz appréhende le niveau de stress perçu par le participant. Surtout, il permet de savoir quelles sont les activités qui engendrent le plus de stress chez la personne. Ce questionnaire Interactif du Stress et des Emotion (QISE) a fait l’objet de protocoles de validation. Il est d’ores et déjà disponible. Contrairement aux autres outils qui verront le jour cet été. »

Un Serious Game pour gérer son stress. Outre le diagnostic, le projet Massai propose également des solutions pour gérer au mieux le stress. Pour ce faire, SBT passe par le canal du Serious Game, un jeu vidéo à visée pédagogique. « Notre jeu sérieux utilise des techniques de gestions du stress comme la cohérence cardiaque ou la respiration abdominale, explique Adrien Tedesco. Concrètement, le participant contrôlera un véhicule au moyen de sa respiration. Lorsqu’il inspire, le véhicule monte et inversement lorsqu’il expire. Le jeu consiste alors à suivre une courbe sans s’en écarter tout en évoluant dans des décors. A mesure que le participant progresse, le jeu le plonge dans des situations de plus en plus riches, conçues pour le pousser à appliquer efficacement les techniques de respiration proposées par le Serious Game. »
Fabrice Pouliquen

Commentez

Participez à la discussion