Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risque incendie

Saffir, ça le fait !

Co-développé par des centres de recherche universitaires américains (Virginia Tech, UCLA et l'université de Pennsylvanie), les prototypes de robots humanoïdes de l'US Navy devrait être capables de travailler de concert avec les équipes de marins-pompiers pour éteindre des incendies en pleine mer.

« Feu à bord ! » Telle est, de tout temps, la hantise des marins en pleine mer. On les comprend : chaque navire est une vraie bombe en puissance ! Carburants et produits chimiques en tous genres (huiles, gaz, peintures…) sont autant de combustibles qui peuvent s’enflammer ou même explose stockés. Qui plus est, chaque navire constitue un espace confiné, à l’architecture compliquée au beau milieu d’un environnement hostile – la mer.
Pour combattre le fléau du feu, la Marine américaine (US Navy) a décidé, dans le cadre du programme d’innovation DC-21 (Damage Control Technologies for the 21st Century) de développer deux prototypes de robots humanoïdes (1 million de dollars pièce), autonomes et capables d’intervenir aux côtés d’équipes de marins-pompiers. Notamment en interprétant en langage naturel les ordres (brefs, précis, rapides) grâce à un système de reconnaissance vocale, fonctionnel en conditions d’incendie.
Baptisé Saffir, acronyme de Shipboard Autonomous Firefighting Robot, ce projet est co-développé par des centres de recherche universitaires américains : Virginia Tech, UCLA et l’université de Pennsylvanie. Objectif : tester dès cet été ces deux prototypes humanoïdes en conditions réelles, avec de vrais marins-pompier à bord d’un navire désaffecté, le Shadwell, amarré à Mobile Bay, en Alabama.
Tout d’abord, les robots, de 150 m et 1,70 m de hauteur pour environ 70 kg, auront en mémoire le plan du bateau de sorte à s’y déplacer en toute autonomie. Parmi les défis en matière de robotique mobile, il leur faudra garder l’équilibre malgré le tangage et le roulis ! Pas évident. Missions : ouvrir des vannes, ramasser des objets, diriger la lance à eau vers la source de chaleur, éteindre les flammes, sauver des vies, détecter les corps humains… à travers la fumée. Le tout en supportant pendant au moins 30 minutes des températures allant jusqu’à 500°C.

Erick Haehnsen

Commentez

Participez à la discussion