Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Risques industriels majeurs : Rhône-Alpes publie un document de référence en ligne

Ce document de 28 pages complète les informations fournies dans le cadre de la campagne régionale 2013 sur les risques industriels majeurs, organisée par la région Rhône-Alpes.

« Nous publions un dossier technique et didactique sur la prévention des risques industriels majeurs à destination des relais d’opinion », explique Gérard Berne, responsable du pôle gouvernance à la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) Rhône-Alpes. A savoir les communes concernées par les risques industriels, les Comités locaux d’information et de concertation (CLIC), les Commissions de suivi de site (CSS), les collectivités, les professionnels, les associations…

Un document à portée locale, mais pas seulement. « La région Rhône-Alpes est particulièrement concernée par la thématique parce qu’elle comprend 90 sites industriels potentiellement dangereux », reprend Gérard Berne. Mais les mesures de prévention, les consignes, les moyens d’alerte, les prescriptions techniques et la réglementation, s’appliquent à tous. »

A cet égard, le guide commence par définir le risque technologique majeur. Il se caractérise par une faible fréquence et une gravité très importante : nombreuses victimes, dommages importants concernant tant les biens que l’environnement. « Ils sont créés par les activités humaines et englobent le risque industriel (dont le risque nucléaire), le risque biologique, le risque de rupture de barrage, le risque lié aux transports de matières dangereuses », explique la brochure.

Le risque zéro n’existe pas. «La sécurité consiste à maîtriser, à un niveau acceptable, les risques pour les personnes, les biens et l’environnement, en agissant sur la probabilité d’occurrence et sur la gravité des accidents potentiels, peut-on lire. En cas d’alerte, chacun peut jouer un rôle pour améliorer sa sécurité et celle des autres en ayant une réaction adaptée.»

Pour se prémunir contre ces risques industriels, il est préconisé de s’informer et d’informer sur ce phénomène, de surveiller les systèmes d’alertes, de prendre en compte les risques dans l’aménagement du territoire, de planifier l’organisation des secours. Des exemples plus précis de réduction du risque “à la source” sont donnés : remplacement d’un produit par un autre moins dangereux, diminution des stockages de matières dangereuses, changement de procédé de fabrication, mise en place de systèmes de détection précoce des anomalies, installation de cuvettes de rétention pour les liquides et de rideaux d’eau, mise en place d’équipes de pompiers usine…

Caroline Albenois

Commentez

Participez à la discussion