Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Racisme en entreprise : la situation empire

Selon une étude de l’agence de recrutement en ligne Qapa, la couleur de peau, la religion ou encore le nom de famille représentent toujours des critères de discrimination en entreprise. Loin de s’atténuer, ces facteurs seraient même en hausse depuis 2017.

Exemple symbolique de discrimination avec des crayons blancs en cachant un noir.

95% des français déplorent la discrimination raciale au travail.
© Image pixabay

Moins de chances d’être embauché quand on s’appelle Mohamed ou Xuan ? Les mentalités ont beau évoluer, il semble que le racisme reste solidement ancré dans les moeurs des entreprises françaises. En témoigne une vaste étude réalisée par la plateforme de recrutement par intérim Qapa. Cette enquête montre que la discrimination raciale conserve un impact inquiétant sur le management, l’embauche, ou encore l’organisation en entreprise. Pour 65% des sondés, loin de s’améliorer, les préconçus raciaux seraient même en train d’empirer ! 

Des millions de personnes interrogées

En guise de préambule, l’enquête constate que 95% des Français estiment que la discrimination raciale fait encore des ravages dans le domaine de l’entreprise. Pour arriver à de telles conclusions, la plateforme a réalisé un vaste tour d’horizon, interrogeant 4,5 millions de candidats et 135 000 recruteurs afin de savoir si certaines mentalités en entreprise avaient évolué.

Pas de patrons de couleur

C’est à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale du 21 mars 2020, que l’agence d’intérim a réalisé cette étude. Premier constat, c’est la couleur de peau qui pèse dans la balance discriminatoire de l’embauche. Peu de personnes de couleurs accèdent aux poste de PDG ou de DRH. Ce phénomène déjà dénoncé en 2017 ce serait même aggravé cette année. 78% des femmes et 69% des hommes interrogés n’ont jamais eu de dirigeants ou bien de supérieurs hiérarchiques de couleur. De même pour les postes de direction des Ressources Humaines, 89% des sondés n’ont jamais eu en face d’eux une personne typée lors d’un entretien d’embauche.

La religion en tête 

Autre critère défavorisant, la religion ostracise également de nombreux salariés. Pour 22% des sondés, les cultes représentent le facteur le plus discriminant, devant le nom de famille à 21% et la couleur de la peau qui n’arrive qu’à la troisième place avec 18%.

Une situation qui empire

Autre source d’inquiétudes, les actes racistes se multiplient. Si en 2017, la plateforme comptabilisait 32% de victimes parmi les salariés interrogés, ce volume a grimpé à 49% en 2020. De même, les témoignages de ségrégations concernent 71% des femmes et 78% des hommes sondés. 

Les compétences restent en priorité

Seul point positif, lorsqu’il s’agit d’aptitudes au service de la productivité, les dirigeants d’entreprise retrouvent leur pragmatisme. 95% des Français estiment que la couleur de peau n’a pas d’impact sur les compétences d’un employé.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion