Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risque incendie

Que faire pour éviter la propagation d'un feu sur une façade en bois ?

C'est la question que se sont posée le CSTB et l'Institut technologique FCBA au sein de Synerbois. L'occasion de publier un guide relatant la campagne de tests grandeur nature concernant la propagation du feu sur les façades ventilées et bardées en bois.

Le Centre scientifique du bâtiment (CSTN) et l’Institut technologique Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement (FCBA), qui sont partenaires au sein de Synerbois, nous livrent, sous la forme d’un document de synthèse, leurs dernières recommandations sur la protection des constructions en bois contre les incendies. Il faut savoir que cet ouvrage est le fruit d’une campagne d’essais en grandeur nature menée entre 2012 et 2015 grâce au financement de la Direction de l’habitat de l’urbanisme et des paysages (DHUP), du Comité professionnel de développement des industries françaises de l’ameublement et du bois (Codifab) et de France bois forêt (FBF). Objectif : définir les solutions constructives des parois en ossature bois avec bardage en bois brut (classe de réaction au feu D) permettant d’empêcher qu’un sinistre ne se propage par la façade et que les flammes atteignent deux niveaux au-dessus du point de départ de l’incendie.

Éviter à tout prix « l’effet cheminée »
Le principal enjeu était d’empêcher que les flammes n’aient accès à la lame d’air située entre le bardage et la paroi, où « l’effet cheminée » (appel d’air) décuple la puissance du feu. A l’issue de cette campagne, les chercheurs ont donc pu cibler quatre solutions constructives permettant de réguler, d’entériner ou de protéger contre les flammes. Ces solutions concernent les bâtiments d’habitation de grande hauteur et les établissements recevant du public (ERP). Destinée à protéger les parois extérieures des murs à ossature bois, la plaque coupe-feu fait figure d’écran, voire d’isolant thermique. En outre, le document détermine l’épaisseur et la nature des plaques qui seraient les plus efficaces, à savoir la plaque de plâtre hydrofuge de 18 mm ou la plaque de plâtre renforcée de fibres de cellulose de 12,5 mm. De même, il recommande de recouvrir la plaque d’un parapluie Euroclasse E et de bien la fixer au bardage à l’aide de tasseaux.

Éloigner les flammes
Connu pour sa capacité à modifier la direction d’un courant, le déflecteur sera destiné à éloigner les flammes du nu extérieur de la façade. Selon le guide, il devra être constitué d’acier d’une épaisseur minimum de 15 mm, la largeur du bord devant être définie en fonction du type de bardage, de sa réaction au feu (REI) et du type d’écran thermique. Autre recommandation : le guide préconise la mise en place dans la lame d’air, au dessus des déflecteurs, d’un profil d’obturation de cette lame d’air en cas d’incendie.

Renforcer les embrasures avec de l’acier
Chargées d’assurer les liaisons entre les menuiseries et le bardage mais aussi d’assurer une étanchéité à l’air, les embrasures de menuiserie devront être recouvertes d’une plaque d’acier d’une épaisseur minimale de 25 mm. Et ce, quel que soit le matériau utilisé pour l’habillage du tableau.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous