terminal-pour-surveiller-la-qai

Qualité de l’air intérieur : un capteur pour surveiller les taux et purifier la pièce

Pour aider les entreprises à surveiller la qualité de l’air intérieur (QAI) de leurs bureaux, le groupe suédo-suisse ABB conçoit un capteur intelligent à double fonction. Baptisé FusionAir, ce dispositif surveille les taux de pollution et les réduit en cas de hausse. Il prévient également en temps réel les utilisateurs du niveau de sécurité et de la qualité de l’air de la pièce. 

salle-de-reunion
Le capteur FusionAir convient particulièrement pour les salles de réunion. © Rodeo Project Management Software / Unsplash

Des capteurs de QAI

Concrètement, le FusionAir embarque un arsenal de capteurs qui surveillent la température, l’humidité, le dioxyde de carbone (CO2 ) et les composants organiques volatils (COV). Ces taux font l’objet d’une surveillance continue dans la pièce. Des indicateurs visuels sur le terminal indiquent aux occupants le niveau de la QAI : rouge pour « dangereux », bleu pour « ventilation en cours » et vert pour « utilisation sûre ». 

Une purge de l’air

Grâce à ses algorithmes, le capteur peut informer le système de gestion du bâtiment pour qu’il prenne des mesures correctives si nécessaire. Chaque fois que la pièce se libère, le dispositif lance une purge automatique de l’air par un échange d’air accéléré à grande vitesse. Pratique pour les salles de réunions qui font l’objet d’une utilisation intensive. 

terminal-pour-surveiller-la-qai
Ce terminal indique en temps réel les taux d’humidité, de CO2 ou encore de COV. © ABB

Une connexion au CVC

Pour cela, le capteur qui se pilote via une application peut se relier à la domotique du bâtiment. Grâce à une connexion à des capteurs infrarouges passifs (PIR), il peut contrôler le système de chauffage, ventilation et climatisation (CVC), mais également l’éclairage et les stores. Outre la qualité de l’air, le système peut ainsi vérifier que les lumières ont bien été éteintes après le départ des occupants et éviter ainsi des dépenses énergétiques inutiles. 

Ségolène Kahn


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.