Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Port de charges lourdes : un robot-origami qui s'adapte à la forme des objets

Conçu pour manipuler des marchandises pesantes et de formes complexes à la place des opérateurs, l’Origami Robot Gripper se replie comme une corolle en papier autour de l’objet à saisir pour en adopter parfaitement la forme.

Gestes répétitifs, port de charges lourdes, postures contraignantes… face à la pénibilité de certaines tâches, notamment dans les secteurs de la logistique et du retail, les inventions se multiplient pour diminuer les risques de troubles musculosquelettiques (TMS). A l’instar des exosquelettes et des outils de préhension, le Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory (CSAIL) du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) a mis au point une main robotisée, l’Origami Robot Gripper, capable d’adapter sa forme à l’objet qu’il doit saisir.

Plus efficace que la reconnaissance visuelle
Le robot a beau ressembler à une simple fleur en papier, il est en fait un concentré de technologies avancées. Réalisé avec le Wyss Institute de Harvard, il est capable de détecter l’objet à attraper pour en épouser parfaitement la forme sans en altérer la taille, le volume ou l’état.« La nature malléable de l’appareil lui permet de saisir un large éventail d’objets différents plus facilement qu’une technologie complexe basée sur la reconnaissance visuelle », peut-on lire dans un billet posté sur le site du MIT.

Une technique inspirée d’un art japonais ancestral
Afin de parvenir à ce niveau de précision, les chercheurs se sont inspirés de la technique japonaise ancestrale de l’origami, qui consiste à plier et déplier un papier pour lui donner une forme complexe. Concrètement, le robot se compose d’un squelette de main, recouvert de tissu ou de caoutchouc qui se plie selon des motifs rappelant l’éventail. En outre, ce dispositif de préhension contient en son sein un tube vide qui aspire l’air à l’intérieur. Au fur et à mesure que l’air est évacué, le préhenseur, par effet de ventouse, se rétrécit selon les motifs d’une d’étoile, jusqu’à adopter parfaitement la forme de l’objet à saisir. Cerise sur le gâteau : il s’avère que ce concept de robot dit “mou” est capable de porter jusqu’à 100 fois son propre poids ! De quoi ouvrir de nouvelles perspectives en matière de prévention des TMS.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion