Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Pollution aux solvants chlorés : l’Ineris publie un guide méthodologique de l’échantillonnage passif des eaux souterraines

Dans le cadre du projet européen CityChlor, qui visait à optimiser la gestion des sites pollués par des solvants chlorés en milieu urbain, l’Institut a pu évaluer l’efficacité de cette technique, peu utilisée en France, permettant de mesurer la qualité des eaux souterraines.

La pollution par solvants chlorés rencontrée dans les villes est souvent le fait d’activités de proximité : imprimerie, pressing… A cause de leurs propriétés physico-chimiques, les contaminants forment des panaches étendus dans les eaux souterraines. « La pollution migre sous les zones résidentielles. Elle est difficilement accessible, explique Julien Michel, ingénieur au pôle Risques et technologies durables  à l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris). Le risque principal pour l’Homme est le transfert des vapeurs des nappes vers l’air intérieur des habitations. »

Plus pratiques et moins coûteux. En charge du volet  »caractérisation » du projet européen CityChlor, l’Ineris a pu expérimenter et démontrer l’intérêt des techniques d’échantillonnage passif des eaux souterraines, largement répandues aux Etats-Unis mais encore peu utilisées à grande échelle en Europe. « Les échantillonneurs passifs comportent de nombreux avantages par rapport à la technique de prélèvement conventionnelle, notamment parce qu’ils ne nécessitent pas une purge du piézomètre, le puits de petit diamètre équipé d’un tubage dans lequel ils sont insérés, précise Julien Michel. Ils sont donc très faciles à installer et à retirer, et bien moins coûteux qu’une pompe classique. »

Ce travail d’évaluation a abouti, le mois dernier, à l’élaboration d’un guide méthodologique, à l’attention des utilisateurs potentiels d’échantillonneurs passifs : sociétés d’ingénierie, maîtres d’ouvrage et administrations. « Il s’agit d’un guide de recommandations pour l’utilisation de cette technique », reprend Julien Michel. Il précise notamment les situations dans lesquelles les échantillonneurs passifs peuvent être utilisés. Ils sont en effet généralement spécifiques à une famille de contaminants donnée et doivent être déployés sur des sites ayant déjà fait l’objet d’une caractérisation. Le document est disponible sur le site du programme Transpol de l’Ineris.

Caroline Albenois

Commentez

Participez à la discussion