Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Pénibilité, exposition chimique, risques psychosociaux… où en sont les travailleurs ?

Comme chaque année, la Dares publie une enquête chargée de mesurer l’évolution des conditions de travail des Français. Pour réaliser cette étude d’envergure, elle a mobilisé 1.200 médecins du travail...

Un chariot élévateur manipule une charge lourde dans un centre logistique.

Chariot élévateur dans un centre logistique.
© Patrick Delapierre pour l’INRS

Moins d’efforts physiques, plus de pression, moins de cancers… comment se portent nos salariés français ? Comment les grandes transformations sociétales et les mutations du monde du travail impactent les conditions de travail ? Autant de questions auxquelles la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), un service du ministère du Travail, se propose de répondre à travers sa nouvelle enquête (Sumer 2017). Réalisée par 1.200 médecins du travail auprès de 26.500 salariés représentatifs du secteur privé et de la fonction publique, cette étude très attendue chaque année, réalise un véritable tour d’horizon des risques professionnels en France. 

Moins de contraintes physiques

Parmi les avancées les plus bénéfiques, grâce à la mécanisation des tâches et aux recherches sur l’ergonomie, les salariés subissent de moins en moins de contraintes physiques. En témoignent par exemple les exosquelettes, les chariots élévateurs ou encore les manipulateurs industriels qui ont permis à la manutention de charges lourdes de reculer de 5% en 2017 contre 7% en 1994. De même pour le travail répétitif : grâce à l’automatisation des tâches, 16 % des salariés étaient soumis en 2017 à la répétition d’un même geste ou d’une série de gestes à cadence élevée, contre 20% en 1994. 

Expositions chimiques en baisse

Bonne nouvelle également du côté des agriculteurs dont les expositions aux produits chimiques sont en baisse de 15 points en 2017. Pour expliquer cette tendance, le rapport évoque la prise de conscience généralisée du danger de l’utilisation des pesticides, tant pour la santé que pour l’environnement. Autre secteur où l’exposition chimique est en recul, les industries traditionnelles fortement exposantes, comme la sidérurgie et la métallurgie, voient ce risque baisser de six points. 

Des risques psychosociaux qui se stabilisent

Si les contraintes physiques ont vécu une révolution grâce aux avancées technologiques, l’amélioration des risques psychosociaux (RPS) n’en est qu’à ses balbutiements. Après un pic entre 1994 et 2010, une prise de conscience dans le monde du travail est apparue en faveur de la prévention, récompensée d’une légère diminution des RPS entre 2016 et 2017, comme le précise, non sans prudence, la Dares. Ce qui se traduit par une baisse du nombre d’employés victimes de comportements hostiles au travail et de manque de reconnaissance. Malgré tout, le rapport remarque que la tension au travail reste inquiétante. Après un boom entre 2003 et 2010, passant de 27% à 32%, l’enquête note une stabilisation en 2017.  « Le plus haut de 2010 est sans doute à mettre en lien avec la crise de 2008 et les changements d’organisation importants dans les entreprises qui ont suivi », commente Sarah Memmi, sociologue à la Dares.

Travailler plus pour gagner plus 

« Les risques psychosociaux semblent diminuer mais les médecins du travail font état d’une dégradation du vécu des travailleurs », indique Sarah Memmi. De fait, l’intensité du travail se maintient à un niveau élevé, comme en témoignent les contraintes de rythme dans le travail qui étaient de 28% en 1994 et sont désormais à 32% en 2017. Le rythme de travail imposé par une demande extérieure obligeant une réponse immédiate fait encore légion (un salarié sur deux). Enfin le contrôle via des systèmes informatiques a doublé entre 1994 et 2017 (+18 points, soit un tiers des salariés en 2017). 

Les temps changent

Autre contrainte, considérée par la Dares comme très coûteuse en termes de charge mentale, le travail se morcelle : 58% des salariés se plaignent d’être fréquemment interrompu dans leur tâche pour en effectuer une autre non prévue, contre 46 % en 1994. Et le temps s’accélère ! En 2017, plus de 66 % des salariés sont sommés de travailler plus vite, voire très vite. Tandis que 35 % estiment qu’ils doivent fournir une quantité excessive de travail. Piégés, 42% se plaignent de ne pouvoir faire varier les délais de rendu, contre 35% en 2003. Avec la pression qui monte, la Dares met en garde contre les risques accrus de stress, de burn-out, mais aussi de maladies cardiovasculaires et de cancers. 

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous