Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Orange définit de nouveaux standards pour sécuriser les interventions de ses sous-traitants

La maintenance des ouvrages électriques impliquant des interventions à haut risque, l'opérateur télécom a signé un partenariat avec l’OPPBTP, le SERCE et l’ACNET pour définir des protocoles poussés afin de sécuriser les agents de maintenance.

La maintenance et l’entretien des ouvrages de télécommunication nécessitent près de 50 000 intervention chaque jour. Un travail titanesque, généralement accompli par les agents du téléopérateur Orange ainsi que par des entreprises sous-traitantes. Ondes électromagnétiques, électrocution, chute de hauteur… les risques auxquels sont exposés les agents de maintenance de ces infrastructures étant nombreux, Orange et ses sous-traitants viennent de conclure un partenariat avec l’Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics (OPPBTP), l’Action de Coordination Nationale des Entreprises de Télécommunications (ACNET) et le Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique (SERCE). Objectif : mettre en place des protocoles de prévention rigoureux pour sécuriser les interventions.

Un métier à haut risque
Avec l’apparition de nouvelles technologies telles que la 4G, et demain la 5G, bon nombre d’équipements du réseau doivent être remplacés. Tours hertziennes, pylônes haubanés, pylônes de transport d’énergie électrique… alors que les techniciens sont souvent amenés à travailler en hauteur, une simple bourrasque de vent peut renverser un matériel dangereux, par exemple l’enrouleur de la chaîne d’arpenteur, et ainsi exposer l’opérateur à une décharge électrique mortelle ou à une chute de 45 mètres de hauteur.

Quatre risques identifiés
Ce partenariat a été signé dans le cadre d’une démarche de prévention des risques initiée en 2006. Aujourd’hui, elle inclut de nouveaux objectifs à remplir, comme l’évolution du périmètre des interventions, l’identification de risques spéciaux et des modes opératoires associés. Le plan de prévention cible particulièrement quatre risques auxquels les collaborateurs sont exposés au cours de leurs interventions, à savoir les chutes de hauteur, le risque électrique, le plomb et l’amiante. L’enjeu étant d’identifier les situations à risque en amont, sur les chantiers concernés par les zones géographiques définies au contrat.

Une fiche de contrôle à remplir
Pour s’assurer que les entreprises sous-traitantes soient bien en règle, le protocole les oblige à remplir une Fiche d’Adéquation des Moyens et Remontées Terrain (FAMRT) avant chaque intervention. Cette fiche a pour but de questionner l’environnement de travail et les moyens mis à disposition. Si les conditions ne sont pas réunies pour un travail sécurisé, le technicien est sommé de cesser son opération et de contacter Orange. À chaque hic, les informations sont compilées afin d’enrichir la base de données des règles de sécurité.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion