Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Onevisage veut démocratiser la reconnaissance faciale

Cette startup propose aux intégrateurs des kits logiciels pour transformer n’importe quel terminal fixe ou mobile en dispositif d’authentification forte.

La reconnaissance faciale en cours d'exécution

Processus de reconnaissance faciale en cours d’exécution. © Onevisage

Déployée massivement sur les derniers smartphones, la reconnaissance faciale va s’étendre à d’autres applications. Parmi lesquelles le paiement en magasin ou encore le contrôle d’accès des bâtiments. Autant d’applications visées par la startup suisse Onevisage. Créée officiellement en 2016, la PME développe des technologies d’authentification forte. Lesquelles se basent sur des modèles statistiques du visage en 3D.

Les algorithmes de Onevisage savent déjouer les fraudes

Proposées sous forme de kit de développement logiciels (en anglais Software Development Kit), ses solutions brevetées s’adressent aux intégrateurs de matériels et logiciels. « Nos algorithmes savent transformer n’importe quel terminal fixe ou mobile équipé d’une caméra 3D en dispositif de reconnaissance faciale », indique Christophe Remillet, fondateur et président de Onevisage.

Traitement local des données

La solution présentée par cette startup de six personnes, dont cinq ingénieurs présente plusieurs avantages. D’abord, sa technologie sait déjouer les trois types de fraudes utilisées pour leurrer les systèmes de reconnaissance faciale. A savoir, la photo, la vidéo et le masque silicone. Autre point fort, les données biométriques et le processus d’authentification sont traités en local, sur le terminal client ou un kiosque électronique. « Rien ne part dans le cloud ou dans une base de données centralisées, ce qui permet de facto d’être compatible avec les régulations les plus strictes en matière de protection des données et de la vie privée ».

Partenariat avec des universités

A la base de ces kits logiciels, l’entreprise a développé des algorithmes d’apprentissage basés sur l’IA. Un travail mené avec l’École polytechnique fédérale de Zurich et l’université de Bâle en partenariat avec des professeurs spécialisés dans la vision par ordinateur. « Notre système cumule 20 ans de travail avec une quinzaine de chercheurs et d’ingénieurs», rapporte Christophe Remillet. Ce dernier compte d’ailleurs parmi ses actionnaires un professeur éminent de l’École polytechnique fédérale de Zurich. Il prévoit un décollage de ses ventes en 2021.

Projet de test pour sécuriser des bâtiments

« Actuellement, nous sommes en phase d’amorçage des ventes avec des pilotes industriels en cours de déploiement », rapporte Christophe Remillet. Ce dernier a ainsi testé avec le fabricant Worldline un nouveau terminal de paiement. Lequel embarque une caméra 3D. « Pour valider une transaction, il suffit de comparer les données acquises par le capteur 3D avec celles stockées dans la carte de fidélité du client, comme en Chine, vous payez avec votre visage mais dans le respect total de votre vie privée », résume Christophe Remillet qui prévoit par ailleurs de mener des tests avec des intégrateurs pour sécuriser les accès de bâtiments professionnels.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion