Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risque incendie

Les technologies immersives améliorent la formation des enquêteurs outre-Manche

Au Royaume-Uni, la formation aux techniques d'investigation après un incendie bénéficie du support de la réalité virtuelle, comme le montre le programme conçu par RiRV qui est présenté à Paris par l'Immersive Learning Lab. Ce centre de formation et de conseils aux entreprises utilise les technologies immersives pour améliorer la mémorisation, l'engagement et la concentration des stagiaires.

Une femme coiffée d'un casque de réalité virtuelle

La réalité virtuelle améliore la mémorisation et la concentration des stagiaires. © DR

Savoir mener une enquête après un incendie est indispensable pour en connaître l’origine et déterminer si les causes sont d’origine criminelle ou accidentelle. Voilà pourquoi il est nécessaire que les enquêteurs, assureurs et sapeur-pompiers soient bien formés à ces techniques d’investigation. A ce sujet, les formations évoluent d’ailleurs de manière significative grâce aux nouvelles technologies immersives qu’Infoprotection.fr a pu tester au sein de l’institut « Immersive Learning Lab », un centre d’expertise dédié à l’usage de ces technologies en formation professionnelle. Créé en février dernier à Paris par l’association France Immersive Learning*, il est situé rue de Réaumur où il présente des technologies et des contenus immersifs et innovants pour différents cas d’usage. De quoi améliorer l’acculturation de ces technologies par les formateurs et d’augmenter les capacités de mémorisation, d’engagement et de concentration de leurs stagiaires. C’est d’ailleurs l’enjeu du programme « RiVR Investigate ». Conçu par RiVR, une entreprise britannique qui la  commercialise depuis cette année, cette formation s’adresse aux enquêteurs appelés à travailler sur des scènes d’incendie ou de crime. C’est ce contenu collaboratif que nous avons pu d’ailleurs tester.

Décors bluffants de réalisme

Coiffés d’un casque de réalité virtuelle, nous sommes plusieurs personnes, dont un accompagnateur, à nous trouver plongés ensemble dans un laboratoire d’analyse professionnel dans lequel il est possible de se déplacer et d’interagir avec des outils et des objets. On peut, entre autres, être immergés dans des vidéos à 360° où l’on peut regarder dans toutes les directions : en haut, en bas, de gauche à droite. Il est ensuite possible de se rendre dans un lieu de sinistre virtuel qui se démarque par son réalisme bluffant. Pour être au plus près de la réalité, les auteurs de ce contenu pédagogique, ont recréé de vrais lieux, notamment une cuisine, un salon, etc., dans lesquels ils ont déclenché un incendie qui a ensuite été filmé en 360° et restitué en photogrammétrie 3D, une technologie qui permet de construire une photographie tridimensionnelle dans laquelle on peut évoluer virtuellement.

Objets virtuels et téléportation 

Plongés dans cet environnement post-incendie quasi réel, il nous est possible d’ouvrir et de fermer des portes et d’y saisir des objets que l’on peut emporter pour l’analyser dans un laboratoire, où chacun se « téléporte » à l’aide de vraies manettes qui nous ont été remises au début de la séance. A chacune de nos interactions, nous sommes conseillés par un autre accompagnateur (bien réel cette fois) qui nous aide à retrouver notre chemin lorsque nous nous égarons dans les scènes virtuelles. Chaque casque est en effet relié par câble à un puissant ordinateur qui permet à ce médiateur de visualiser exactement ce que le stagiaire voit et fait. Actuellement en déploiement, cette fonctionnalité permettra à un formateur de former à distance des stagiaires.

Pour des simulations moins ambitieuses utilisant des casques autonomes (sans fil ni ordinateur) plus facile à déployer, le « retour-écran » manque encore cruellement. L’immersive Learning Lab (i2L) a donc développé un « système qui permet de monitorer plusieurs casques simultanément, permettant ainsi au formateur d’organiser et de piloter sa séquence pédagogique. « Il est à l’heure actuelle au stade de prototype, mais nous attelons à son développement afin d’être en mesure de le fournir à tous les organismes de formation », indique Nicolas Dupain le président de l’association France Immersive Learning qui dirige aussi le Lab. Lequel a aussi pour vocation d’aider les entreprises à choisir les technologies adéquates pour chaque cas d’usage, d’identifier ou de concevoir des contenus qualitatifs  et d’en accompagner les déploiements.

Eliane Kan

* L’association France Immersive Learning est un pôle de compétence dédié à l’usage et l’acculturation, à savoir l’assimilation, des technologies immersives. Il a été créé par des entreprises privées comme Orange et Natixis ainsi que des organismes d’enseignement et de formation comme le Cnam, l’Upec, l’Agefiph et Défi Métier.

Commentez

Participez à la discussion