Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Les spécialistes français du Workwear étoffent la palette de leurs services pour donner plus de valeur à leurs produits

Pour se démarquer de leurs concurrents, les fabricants et distributeurs français d'EPI multiplient les services. Parmi lesquels, des campagnes de mesures des salariés, le recyclage des vêtements usagés et, demain, la fourniture de produits connectés et personnalisés aux besoins des entreprises.

Le marché des vêtements de protection subit une pression des prix instaurée notamment par la forte présence des importations. Pour se distinguer, les fabricants et distributeurs français s’emploient à étoffer la carte de leurs services. A commencer par la personnalisation des vêtements image. « Nous disposons en interne d’un bureau d’infographie et d’un atelier de sérigraphie », fait valoir Jean-François Lyonnet, directeur général de T2S. Une dizaine de personnes y travaille à la personnalisation des produits par sérigraphie ou transfert numérique. Ce qui apporte aux prestations de l’entreprise une forte valeur ajoutée en termes de service et de délai. Par ailleurs, son service marketing intègre son propre bureau de conception et de R&D où ses modélistes créent notamment des vêtements spécifiques correspondant aux attentes de ses clients. « La conception des produits tient compte, entre autres, de l’activité et du métier des utilisateurs, les normes auxquelles les vêtements doivent répondre, le choix des matières, l’ergonomie et enfin le look du vêtement qui se doit d’être unique et attractif pour le porteur », résume le directeur général de T2S.

Campagnes de prises de mesures des porteurs 

A l’instar de cette PME, les fabricants français se positionnent comme des fournisseurs de solutions. C’est le cas aussi de Cepovett qui propose des services à la carte. A titre d’exemple, ses designers et techniciens peuvent proposer des études de tendances, de fonctions et de style. Mais aussi accompagner le déploiement des collections auprès des collaborateurs par des campagnes de communication qui peuvent aller de l’élaboration de catalogues à l’organisation de défilés. Basée à Gleize (Rhône), cette PME va d’ailleurs un cran plus loin en proposant des campagnes de prises de mesures. « L’intérêt est de recueillir de manière individuelle et sécurisée les mensurations des porteurs afin de commander les tailles adéquates de vêtements », explique Marie Blanchard, directrice marketing et communication de l’entreprise. Soucieuse de se montrer très réactive face aux demandes de ses clients, cette dernière a mis en place des solutions personnalisées à partir desquelles les acheteurs commandent des produits avec une ergonomie proche des sites du e-commerce. « Les acheteurs retrouvent ainsi leurs collections personnalisées, leur charte graphique et toutes les règles de gestion de commande propres au métier de chacun », poursuit la directrice marketing. Ses clients ont aussi le loisir de suivre leurs stocks en temps réel et de consulter le reporting détaillé des commandes. Ils seront ensuite livrés sous 48h à 72h à leur domicile ou sur leurs lieux de travail. Initiés depuis plus de 15 ans, ces systèmes sont utilisés quotidiennement par de nombreux grands groupes. Comme Orange, RATP, SNCF, Thalys, sans oublier les enseignes du groupe Accor. « Nos clients distributeurs ne sont pas en reste puisqu’ils bénéficient également d’un accès extranet dédié pour toute commande de produits catalogue », fait savoir Marie Blanchard.

Participer au recyclage des vêtements en fin de vie 

De plus en plus de clients cherchent à personnaliser leurs EPI. Une évolution qui vise, entre autres, à distinguer leurs salariés sur un chantier collaboratif ou à véhiculer une image différenciatrice auprès de leurs clients. Un besoin auquel répond Muzelle Hasson Dulac. Basée à Liergues (Rhône), cette PME compte 50 personnes sur son site français en plus de ses unités de production dédiées basées au Maghreb. « Ces sites sont très flexibles, ils peuvent réaliser sous 6 à 8 semaines de petites séries de workwear ou d’EPI personnalisées avec des coloris, textiles et broderies de leur choix », souligne Stéphanie Duvert Valion, directrice marketing de l’entreprise. Filiale du groupe Alsico qui s’est engagé dans une démarche de responsabilité sociale et environnementale, la PME vise à réduire les effets de ses activités sur les hommes en participant au recyclage des vêtements en fin de vie.

« 2017 sera l’année du dispositif Objectif 2ème Vie », annonce d’ailleurs la directrice marketing de l’entreprise qui mène cette démarche en partenariat avec une société de recyclage avec laquelle travaille le groupe Alsico France depuis plusieurs années. Ce service est proposé gratuitement à ses clients qui peuvent renvoyer les vêtements usagés. « Une fois réceptionnés par nos soins, ils sont remis au recycleur qui les effiloche et les déchiquette de sorte qu’ils finissent en isolant acoustique et thermique », explique Stéphanie Duvert Valion. Tous les articles du dernier catalogue signalés par une pastille seront concernés. La quasi totalité de la gamme femme est recyclable, le workwear homme aussi à l’exception de ceux possédant des bandes réfléchissantes et porteurs de contamination chimiques. Une attestation de revalorisation sera remise aux clients.

Prise de mesure personnalisée
chez Cepovett.
© Cepovett
Prise de mesure personnalisée
chez Cepovett.
© Cepovett

Le distributeur VBL a récupéré 570 kg d’EPI usagés auprès de ses clients

Dans le sillage des fabricants français, des distributeurs ont aussi entrepris de donner une seconde vie aux EPI. C’est le cas notamment de VBL qui a d’ailleurs reçu cette année un trophée à la 13ème édition d’EPI Center au titre de sa démarche RSE. Implantée dans la région lyonnaise depuis 1989, la PME a noué un partenariat avec Molinel, une autre filiale du groupe Alsico et qui est à l’origine du programme Objectif 2ème vie. Dans le cadre de sa politique de développement durable, VBL qui dispose de sa propre plate-forme logistique et deux magasins, à Lyon et à Mions, elle a mis en place un ramassage de vêtement usagés. « 570 kilos ont été collectés en 2015 par un de nos partenaires spécialisé dans le recyclage des déchets textiles », rapporte Pierre-Charles Lafond, cofondateur de VBL. La PME a réalisé un chiffre d’affaires de 2,2 millions d’euros en 2015 contre 1,8 millions d’euros en 2014 auprès d’entreprises artisanales, industrielles et des sociétés de services sans oublier des collectivités. « Notre programme Objectif 2ème vie plaît aux acheteurs. En revanche, la difficulté, c’est de les récupérer car les porteurs ont du mal à les restituer », constate le dirigeant de VBL . Lequel cherche aussi à sensibiliser les acheteurs qui se rendent dans ses boutiques. « Nous avons mis en place un bac pour que le grand public y dépose ses vêtements usés. Ils sont ainsi motivés à venir et cela crée du trafic dans nos magasins. »

Le fabricant Mulliez-Flory va un cran plus loin dans les actions de sensibilisation. Il vient de nouer un partenariat avec l’école de design Lisaa afin d’amener les futurs designers à mieux prendre en compte la fin de vie des EPI. Il y a urgence sachant que sur les 25.000 tonnes de vêtements professionnels et linge plat fabriqués par an en France, 50% partent toujours en enfouissement ou en incinération. « Aucune filière organisée de recyclage n’existe encore à ce jour », soulève le groupe Mulliez-Flory. Lequel recycle actuellement environ 20 tonnes de produits par an via notamment l’effilochage, les dons humanitaires, l’essuyage ou les produits recyclés comme les coussins, housses d’iPad, etc… créés en association avec l’Esat Arc en ciel, un établissement médico-social installé à Cholet (49). Le groupe travaille depuis 2011 aux côtés de Renault Environnement et de la SNCF dans le projet Valtex pour créer une première filière complète et vertueuse de recyclage des textiles professionnels.

VBL a reçu un trophée lors de la
13 eme édition d'EPU Center.
© VBL
VBL a reçu un trophée lors de la
13 eme édition d’EPU Center.
© VBL

Personnaliser les vêtements connectés 

Demain, ce type de service promet de se généraliser sous la pression des donneurs d’ordres. « Nos clients demandent de plus en plus souvent de récupérer les produits usagés afin de les recycler », témoigne Marc Pradal, le PDG de Kiplay qui compte parmi ses clients, des distributeurs d’EPI mais aussi de grands acteurs du BTP comme Colas, Eiffage, Engie encore Spie Batignolles. Sans oublier la ville de Paris et Orange. Selon l’état des produits usagés qui lui sont retournés, ces derniers seront soit expédiés à l’étranger pour être donnés (cela représente 60% des cas) soit broyés pour que la fibre puisse être réutilisée dans des ateliers d’insertion (30% des cas). « Le reste est incinéré », indique le PDG. L’entreprise qui a son siège à Saint-Pierre-d’Entremont (Orne) propose par ailleurs d’autres services comme le stockage intermédiaire et la livraison sur site d’EPI pour ses grands comptes. Les acheteurs et responsables Qualité, sécurité, environnement (QSE) peuvent aussi accéder à un extranet afin de consulter l’historique des commandes par établissement, par équipe ou par individu.

Pour se démarquer de ses concurrents, Kiplay s’apprête à proposer des vêtements connectés susceptibles d’être personnalisés. A l’instar de cette parka lumineuse, chauffante et connectée à un smartphone qui sera présentée prochainement sur Expoprotection . « Nous allons proposer à nos clients de développer des EPI connectés répondant à leurs besoins », fait savoir Marc Pradal qui présentera d’autres prototypes. Outre la fameuse parka, seront montrés des vêtements de pluie, des gilets doublés avec ou sans manches. « Nous serons à l’écoute de nos clients pour éventuellement développer de nouvelles fonctionnalités », promet le PDG. Tout un programme en perspective ! 

Eliane Kan

Cette parka connectée pourra être
personnalisée aux besoins
des clients.
© Kiplay
Cette parka connectée pourra être
personnalisée aux besoins
des clients.
© Kiplay

Commentez

Participez à la discussion