Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Les robots de Rovenso à la conquête des travaux à ciel ouvert

Cette start-up suisse vient de réaliser un robot téléopéré pour la manipulation de charges lourdes sur terrains accidentés. Cet engin vise, entre autres, le démantèlement des centrales nucléaires mais aussi la réalisation de tâches dangereuses pour l'homme telle que la gestion des déchets ou la maintenance de certains équipements.

La prochaine grande révolution robotique aura lieu à l’extérieur des usines, dans des environnements accidentés ou dangereux pour l’homme. C’est du moins la conviction de Thomas Estier, fondateur et dirigeant de Rovenso, une startup suisse de 4 personnes créée en 2014 et spécialisée dans la robotique mobile de manipulation de charges lourdes. Ancien chercheur en robotique spatiale et tout terrain à l’Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), Thomas Estier a déjà réalisé plusieurs prototypes. Dernier né de ses robots, le « Rovéo 250 » vient d’être produit en Chine, à Shenzhen. Trois mois seulement lui ont été nécessaires contre 9 mois si elle l’avait produit en Europe. « La production des composants a été confié à des sous-traitants mais nous avons gardé en interne l’assemblage et l’électronique », indique Thomas Estier dont la startup a déjà levé près de 250.000 francs suisses auprès notamment d’un fond d’investissement californien, Sean O’Sullivan Ventures.

Se mouvoir en terrain très accidenté
Particularité du Rovéo 250, sa capacité à se mouvoir sur des terrains très accidentés à l’aide de ses quatre roues motorisées indépendamment les unes des autres. « Ces dernières sont montées sur un châssis protégé par un brevet que nous partageons avec l’EPFL », explique le dirigeant qui, précédemment, a réalisé une étude pour identifier les points d’achoppement à l’essor des robots en milieu ouvert. L’un des principaux obstacles est leur incapacité à se mouvoir sur des terrains très accidentés, tout en portant des charges lourdes. Ce frein est désormais levé grâce à ce robot d’un poids de 250 kilos. A la différence de ces rivaux, il est capable de franchir aisément des obstacles verticaux bien plus grand que la taille de ses roues et même de tourner sur lui-même avec un minimum de frottement. Ce qui pourrait intéresser les forces d’intervention dans ces catastrophes industrielles ou naturelles comme en ce moment après le tremblement de terre qui a eu lieu à Amatrice en Italie.

Moins d’une minute pour se former au télépilotage du robot

Stable par nature, le Roveo 250 n’a pas besoin de dépenser de l’énergie pour maintenir son équilibre à l’inverse des robots marcheurs produits, par exemple, par l’américain Boston Dynamics (acquise en 2013 par Google qui, à présent, cherche à s’en défaire). Ainsi, ses batteries Lithium-ion permettent à ce robot de travailler plusieurs heures d’affilées. Il est équipé de capteurs lasers pour détecter les obstacles, d’une caméra immersive et sera prochainement complété d’un bras manipulateur que l’on télépilote grâce à un joystick à retour de force. L’entreprise a d’ailleurs apporté un soin particulier à la conception du poste de téléopérateur qui est en cours de réalisation. Moins d’une minute suffira pour former l’opérateur en charge de piloter le robot à distance. Ce dernier est plongé dans la scène grâce à la caméra immersive qui lui procure une vision à 360°. Ensuite, la conduite du robot est assistée grâce à un joystick pourvu d’un retour de force couplé aux capteurs lasers. Ce qui permet à l’opérateur de savoir très intuitivement où il peut intervenir et où cela pourrait lui être interdit.

Premier marché visé, le démantèlement des centrales nucléaires
Ce robot mobile est conçu pour des tâches dangereuses pour l’homme. L’entreprise vise en premier lieu le démantèlement des centrales nucléaires. « Cette activité est en croissance de 43% en Europe et représente un marché, interventions robotiques comprises, de 150 milliards de dollars pour ces 15 prochaines années », rapporte Thomas Estier qui vise l’industrialisation de son robot pour 2018. Son premier client est d’ailleurs un sous-traitant français spécialisé dans le démantèlement de centrales. Le second client sera certainement une entreprise chinoise qui travaille dans le recyclage des déchets toxiques. « Nous avons également des contacts avec des entreprises spécialisées dans la maintenance d’équipements pour les sites pétroliers ou gaziers », confie le dirigeant qui estime que plusieurs facteurs jouent en faveur de la robotisation de ces marchés verticaux. A commencer par la pression sur les coûts exercés par les donneurs d’ordres mais aussi la hausse des coûts horaires d’intervention et le durcissement des réglementations sociales qui sont plus protectrices pour l’homme. « D’abord télé-opérés pour la manipulation des charges lourdes et la maintenance des équipements, les robots vont gagner progressivement en autonomie pour automatiser de plus en plus de tâches », prédit le dirigeant de Rovenso qui entend jouer un rôle majeur dans cette évolution.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion