Les risques de glissade dans la ligne de mire de Geggus

Certaines activités industrielles génèrent des projections de produits chimiques, d’huiles et de graisses qui, lorsque des gouttes tombent au sol, rendent la surface extrêmement glissante. Pour les ouvriers travaillant sur les machines concernées, les risques de chute sont donc élevés. Consciente de ce risque, Geggus, une entreprise familiale originaire de Karlsruhe en Allemagne, s’est spécialisée dans la fabrication de tapis industriels destinés à prévenir les risques de glissade. Aujourd’hui, elle étoffe son catalogue Transfloor avec de nouveaux tapis de sol, à la fois anti-dérapants et ergonomiques, dédiés aux postes de travail. Le but étant de prévenir les risques de TMS liés aux postures prolongées debout.

Une gamme en bois trempé
Pour commencer, Geggus lance deux nouveaux modèles anti-dérapants en caillebotis bois baptisés « Bison ». La version « Brush » contenant, comme son nom l’indique, des brosses entre ses lames de bois. Ce qui permet d’une part de diminuer les risques de glissade et d’autre part de nettoyer les souillures susceptibles de se loger dans les aspérités des semelles, notamment lorsque ces dernières sont crantées. Quant à la seconde version « Cross », elle se constitue de rainurages anti-dérapants dans les deux sens des lames de bois. Autre avantage : la possibilité de définir plusieurs options sur la gamme, par exemple avec des rampes inclinées ou des lames coupées en pan incliné avec marquage jaune.

Un tapis en caoutchouc pour fluidifier le passage de machines
Le fabricant a également mis au point un nouveau modèle, le Gekko, pour sa gamme de tapis conçus en caoutchouc. Un matériau dont les propriétés antidérapantes, amortissantes et isolantes ne sont plus à prouver. D’une hauteur d’environ 10 mm, ce produit est cerclé de bords biseautés facilitant le franchissement par les engins roulants.

Des produits normés
Côté sécurité, l’ensemble de la gamme présente des propriétés antistatiques et électriquement dissipantes conformes à la norme de décharge électrostatique (ESD) ISO 6356 et à la norme de résistance au feu B1. Sans oublier le respect du règlement européen REACH, relatif à la protection contre les expositions liées aux produits chimiques.

Ségolène Kahn


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.