Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Les partenaires sociaux européens rendent compte de l'application de l'accord sur la réduction du stress professionnel

A la fin de l’année 2008, les représentants européens des employeurs et des travailleurs ont présenté un rapport sur l'application de leur accord-cadre sur le stress professionnel…

A la fin de l’année 2008, les représentants européens des employeurs et des travailleurs ont présenté un rapport sur l’application de leur accord-cadre sur le stress professionnel. Le stress est un grave problème de santé lié au travail et est considéré comme la première cause des jours de travail perdus en Europe. L’accord, conclu en octobre 2004, est destiné à permettre aux travailleurs et aux employeurs de collaborer en vue de mieux déceler, prévenir et gérer le stress. Le stress professionnel est l’un des quatre problèmes de santé liés au travail les plus répandus dans l’Union européenne: en 2005, il touchait 22 % des travailleurs. Selon des études, entre 50 % et 60 % de l’ensemble des jours de travail perdus y sont liés. Le stress sur le lieu de travail a de très lourdes conséquences, tant sur le bien-être des travailleurs que sur la situation économique. Il fournit aux employeurs et travailleurs un cadre d’action pour déceler et prévenir ou gérer le stress. Il définit également les responsabilités des employeurs et des travailleurs en la matière. Le rapport des partenaires sociaux européens présente les mesures prises par vingt et un États membres ainsi que par la Norvège et par l’Islande pour appliquer l’accord *. Les mesures se présentent sous différentes formes: accords (accords-cadres) des partenaires sociaux (lignes directrices communes en Suède par exemple), conventions collectives nationales, sectorielles ou d’entreprise (en Belgique et en France par exemple), législation nationale (en République tchèque et en Lettonie par exemple), coopération tripartite avec les pouvoirs publics (promotion collective des normes de gestion du stress professionnel au Royaume-Uni par exemple), et activités complémentaires (outils de mesure du stress ou formations par exemple).
* La Bulgarie, l’Estonie, la Grèce, l’Italie, la Lituanie et Malte n’ont pas communiqué de rapport.
> Pour consulter le rapport des partenaires sociaux européens sur l’application de l’accord-cadre européen autonome sur le stress professionnel :http://ec.europa.eu/employment_social/social_dialogue/docs_fr.htm

Commentez

Participez à la discussion