Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Le marché des équipements de protection individuelle se maintient pour 2015 et croit de 1% en 2016

Selon une étude réalisée par MSI Reports, ce marché reste plutôt stable en valeur. Les fabricants ne cessent d'innover pour apporter plus de sécurité et de confort aux utilisateurs afin de leur donner envie de porter leurs équipements de protection individuelle tout le long de la journée. Certains segments sont en progression. A titre d'exemple, les ventes d'EPI à verres correctifs enregistrent une hausse en volume de +6,7%.

Le marché français des équipements de protection individuelle (EPI) résiste à la crise. En 2014, les fabricants ont enregistré un chiffre d’affaires de 1.133,97 millions d’euros contre 1.135,06 millions d’euros pour 2013, soit une légère baisse de 0,1 %. Le marché devrait renouer avec la croissance qui devrait s’élever, en valeur, à +0.3% en 2015, +1% en 2016 puis autour de +1,7 à +2% les années suivantes. De quoi conforter les fabricants qui n’ont cessé de proposer de nouvelles solutions et de s’adapter au plus près aux besoins des utilisateurs. Les industriels concentrent leurs efforts sur l’ergonomie des équipements, leur design, leur confort et une croissante customisation des produits afin convaincre les utilisateurs de s’équiper et ce, tout au long de leur journée de travail, commente l’auteur de l’étude sur les EPI chez MSI Reports, un cabinet d’analyses. Ces mêmes fabricants sont aussi constamment à la recherche de nouveaux segments utilisateurs, encore sous équipés, comme les artisans par exemple ou les PME qui représentent alors de forts potentiels de croissance. Selon l’auteur de cette étude, publiée mi 2015, ce dynamisme s’explique également par une profonde prise de conscience de la part des différents secteurs utilisateurs au sujet des conséquences d’une mauvaise protection, de l’évolution des normes et des réglementations. 

+ 6% en volume pour les verres correctifs. L’étude menée par MSI Reports place au top des ventes en 2014, le secteur de la protection de la tête (masques respiratoires, casques, lunettes, protections auditives, etc) qui s’élève à 441 millions d’euros HT (+1,2%). Soit 266 millions d’euros pour les protections respiratoires (en hausse de 2,9%), 19 millions d’euros pour les protections du crâne (+0,7%), 79 millions d’euros pour les protections oculaires (-3,8%) et 77 millions d’euros pour les protections auditives (+0,8%). Les lunettes évoluent avec des produits plus design et légers. Tandis que les ventes d’EPI à verres correctifs enregistrent une hausse en volume de +6,7%. Signe que les employeurs sont de plus en plus attentifs au confort des utilisateurs.

+2% en volume pour les vêtements. Dans le sillage des équipements dédiés à la protection de la tête, suivent les EPI pour la protection du corps regroupant les vêtements de protection (plus de 280 millions d’euros HT pour les fabricants) et les équipements antichute (plus de 50 millions d’euros). Entre ces deux segments, de grosses disparités émergent en termes d’évolution. En effet, bien que le marché des vêtements de protection soit en hausse en volume (+2%), il subit en parallèle une forte baisse des prix moyens de vente avec une baisse de 2,4%. Laquelle est principalement due, comme la quasi-totalité des marchés des EPI, à la pression sur les prix instaurée notamment (mais pas uniquement) par une forte présence des importations. Selon MSI Reports, on observe, sur ce marché, la recherche d’un meilleur confort de l’utilisateur, des textiles anti-transpirants et plus légers. Ainsi que des modèles et des coupes proches des vêtements que l’on trouve sur le marché grande consommation. Quant au marché des équipements anti-chute, il connaît un réel engouement et progresse aussi bien en volume qu’en valeur. En effet, ce segment est très fortement normé et les donneurs d’ordre portent particulièrement attention à la qualité de leurs produits. Ce marché se démarque également des autres marchés des EPI par une présence beaucoup moins importante des importations. Le niveau de qualité et la traçabilité des produits étant des facteurs incontournables sur ce marché.

Les ventes relatives à la protection de la main (gants et manchettes) ont atteint 220 millions d’euros en 2014. Le cabinet MSI Reports observe de manière générale une progression des gants textiles et textiles/enduits au détriment des gants en cuir. Toutefois, ces derniers restent incontournables pour certaines activités (90% de gants en cuir pour les risques thermiques). Ils sont très appréciés par de nombreux utilisateurs qui y restent fortement attachés. Les fabricants de gants en cuir sont également force de proposition pour des gants de plus en plus confortables et performants. Les gants textiles/enduits et textiles connaissent quant à eux de plus en plus de succès sur des segments à faible risque où ils sont devenus largement majoritaires. Par ailleurs, ces derniers ont fortement gagné en finesse et en capacité de préhension, éléments très importants dans le cadre d’activités professionnelles.

Enfin, du côté de la protection des membres inférieurs, le marché souffre d’une baisse chronique de ses ventes depuis plusieurs années. Soit -2% en volume en 2014 pour une taille de marché de plus de 5 millions d’unités. Et de – 5% en valeur à 133 millions d’euros. Selon le cabinet MSI Reports, le marché des protections des membres inférieurs reste fortement influencé par le sporstwear et l’outdoor, les modèles proposés restant très proches de ceux que l’on trouve sur le marché grand public. Par ailleurs, le design et le confort de pieds sont également très présents avec des chaussures qui épousent plus facilement le galbe du pied ou le remplacement quasi systématique des coques acier par des coques composites plus légères.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion