Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Le GPMSE et l'USP Technologies fusionnent

Les deux organisations phare de la sécurité électronique et numérique partagent une mission commune : soutenir les entreprises membres lors de leurs négociations avec les pouvoirs publics.

L’union fait la force : les deux grandes organisations fédératrices des métiers de la sécurité électronique et numérique, à savoir le Groupement Professionnel des Métiers de la Sécurité Electronique (GPMSE Fédération) et le syndicat USP Technologies, ont annoncé leur fusion imminente. Objectif ? Regrouper l’ensemble des acteurs tricolores de la sécurité qui les composent en une seule et même entité. Parmi ces entreprises figurent des installateurs, des constructeurs, des distributeurs, des télésurveilleurs ou encore des éditeurs de logiciels.

Une fusion effective avant l’été
C’est à l’occasion des vœux de la Fédération Française pour la Sécurité Privée (FFSP) en janvier dernier que les deux partenaires avaient dévoilé leur projet commun. Depuis, ils ont dû se pencher sur de nombreuses formalités administratives afin de mettre en oeuvre leur rapprochement. « Notre objectif est de calquer notre agenda sur celui de la fusion des deux organisations professionnelles représentatives de la branche des entreprises de prévention et de sécurité, SNES/USP, programmée pour le mois de juin 2019 », a indiqué dans un communiqué Jean-Christophe Chwat, vice-président de la FFSP et président du GPMSE Fédération qui, de fait, a multiplié les rencontres avec le président d’USP Technologies, Ivan Marciano, pour tenir le calendrier et trouver le nom que portera cette nouvelle organisation.

Gagner en poids

Il faut savoir que tant le GPMSE Fédération que l’USP Technologies ont pour vocation de défendre et soutenir les entreprises membres auprès des instances officielles françaises et européennes. Leur rapprochement pourrait donc leur donner une force de frappe encore plus importante. « Au vu de l’avancée rapide des technologies et de la transformation de nos métiers, rassembler tout cet écosystème, en intégrant le monde de la technologie et du système, est essentiel pour mener des actions communes encore plus convaincantes vis-à-vis des pouvoirs publics », poursuit Jean-Christophe Chwat. Autre avantage, « notre image de syndicat professionnel représentatif des télésurveilleurs sur l’Hexagone mais également des installateurs « pure player » va être renforcée », enchaîne le président de GPMSE Fédération qui s’apprête, par ailleurs, à ajouter une nouvelle corde à son arc en représentant désormais des industriels opérant sur le marché de la sécurité électronique.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion