Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Le coton recyclé tisse sa toile

Le Centre européen des textiles innovants (Ceti) vient d’inaugurer une plateforme pour recycler les vêtements usagés et les chutes de tissus et confectionner une fibre 100 % coton à partir de 70 % de fibres recyclées et 30 % de fibres vierges, un des meilleurs taux du marché. De quoi créer localement une nouvelle filière industrielle.

Réputée pour son confort et sa respirabilité, la fibre de coton est aussi connue pour sa fabrication polluante et très consommatrice en eau. Avec la Fast Fashion, sa consommation est en forte progression . Actuellement, elle représente 30 % du textile consommé dans le monde contre 70 % pour les fibres polyester dérivées du pétrole. Or les terres arables sont en diminution, ce qui augure à terme une explosion du cours du coton. Un risque qu’anticipe le Centre européen des textiles innovants (Ceti) qui a inauguré récemment un démonstrateur de développement durable pour la filière textile, mode et luxe. Cette plateforme unique de prototypage vise à recycler mécaniquement les textiles usagés, qu’ils proviennent de vêtements ou de chutes de production industrielle. L’enjeu étant de créer un nouveau fil 100 % coton constitué à hauteur de 30 % de fibres vierges et 70 % de fibres recyclées. Soit un des taux les plus élevés du marché. Ce démonstrateur a réclamé un investissement de deux millions d’euros pour l’acquisition de machines. Lesquelles réunissent dans un même processus synchrone les opérations d’effilochage et de filature. Résultat, après que les vêtements usagés et chutes sont broyés et effilochés, les fibres obtenues sont mélangées de manière homogène à une fibre vierge. Ce mélange est ensuite cardé et filé avec la technologie dite Open-end (filature sur métier à filer à fibres libérées).

Une nouvelle filière en émergence

Ce projet a été lancé en partenariat avec des marques et des industriels. A commencer par Laroche, le fabricant de machines, et TDV Industries, fabricant de textiles et tissus techniques et fonctionnels pour vêtements de travail, de protection et d’applications industrielles. Le projet associe également les marques Okaïdi, le spécialiste des vêtements d’enfant et Decathon connu pour ses articles de sport. Ces entreprises sont d’autant plus intéressées par le projet de recyclage des vêtements que la réglementation va leur interdire de détruire les invendus à partir de 2021. De quoi favoriser localement l’avènement d’une nouvelle filière industrielle basée sur le recyclage du coton usagé.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous