La technologie électroluminescente au service de la sécurité routière

Les jours de forte pluie ou de brouillard dense, le manque de visibilité accroît les risques de collision sur les routes. D’où l’obligation d’équiper les véhicules d’urgence d’un marquage de signalisation visible par les autres usagers de la route. Ce système de marquage s’enrichit d’une nouvelle famille d’adhésifs à la fois rétro-réfléchissants et lumineux grâce à une technologie électroluminescente inspirée de celle développée par l’Armée américaine pour marquer les pistes d’atterrissage des porte-avions. Le brevet a été acquis par le français Was Light afin de réaliser des supports de communication ou de signalétique émettant de la lumière douce et animée quand ils sont branchés à du courant électrique.

Flux lumineux et rétro-réfléchissant
Dès lors, le flux lumineux émis peut être fixe ou clignotant. Il est visible sous tous les angles, sans éblouissement ni scintillement et sur plusieurs centaines de mètres. Même en temps de brouillard ou en présence de fumée, et ce en consommant trois fois moins d’énergie que les LED. Cette innovation a trouvé sa place sous la forme de marquages rétro-réfléchissants et lumineux apposés sur des véhicules du Service départemental d’incendie et de secours des Yvelines, le Sdis 78. « Nous avons développé cette offre en partenariat avec T2S, le fabricant de solutions pour la sécurité spécialisé dans les dispositifs de haute visibilité et les films rétro-réfléchissants », indique Baptise Bosser, co-président de Was Light. « Grâce à ce partenariat, la sécurité sur les routes est accrue », fait valoir le dirigeant de l’entreprise.

Démarrage de la moyenne série
Créée en 2014, cette start-up d’une dizaine de personnes dont des ingénieurs, des graphistes et des opérateurs de machine, fabrique ses produits dans son usine de Lyon. Elle a d’ailleurs investi pour agrandir ses locaux et automatiser sa production de sorte à passer dès septembre prochain de la production en petite série à de la moyenne série. De quoi doubler son chiffre d’affaires (500 000 euros en 2018). Mis en œuvre par des installateurs ou des poseurs professionnels, ses produits peuvent être apposés sur n’importe quelle surface souple, comme des textiles pour créer des vêtements professionnels lumineux (des développements sont en cours), ou des supports rigides tels que des vitrines de magasins, des parois de tramways ou de véhicules d’urgence.

Victoire de l’innovation de rupture
Personnalisables en termes de format et de couleur, ces adhésifs lumineux font moins d’un millimètre d’épaisseur. A la fois souples et légers, ils sont constitués d’une feuille de phosphore, d’un film conducteur et d’un adhésif polymère coloré, imprimé d’un message ou d’un motif. Enfin, le tout est encapsulé pour supporter des chocs élevés et des vibrations ainsi que des températures extrêmes allant de -30 °C à + 45 °C. Cette technologie électroluminescente a valu à Was Light de recevoir en novembre dernier la Victoire de l’innovation de rupture dans le cadre du concours co-organisé par le groupe média Le Progrès et la métropole du Grand Lyon, ville lumière.

Eliane Kan


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.