Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

La CFDT lance une application pour tester la pénibilité du travail

La CFDT vient de mettre en ligne une application afin de savoir si une personne est exposée à des facteurs de pénibilité. Sous forme de 22 questions, l'utilisateur pourra savoir s'il va pouvoir bénéficier d'une retraite anticipée en compensation.

« Etes-vous amené pendant votre journée de travail à porter ou lever des objets ? A adopter des positions accroupies (parfois, souvent, de temps en temps) ? Etes-vous exposés à des produits chimiques ? Votre travail génère-t-il du bruit ou de la poussière ? Vous arrive-t-il de faire les 3/8 ou de travailler la nuit ? » Telles sont les questions qui sont posées durant le test gratuit en ligne que vient de lancer la Confédération française démocratique du travail (CFDT) afin de savoir si une personne est exposée à des facteurs de pénibilité. En toile de fond, cette phase de pré-diagnostic servira surtout à savoir si l’utilisateur sera potentiellement éligible au compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P).

22 questions
Sous forme de questions simples et de pictogrammes, ce test permettra de déceler si l’interrogé est soumis à l’un des dix critères retenus par le C3P. A savoir le travail de nuit, le travail répétitif, en équipes alternantes, en milieu hyperbare, les postures pénibles, les charges lourdes, les agents chimiques, les vibrations mécaniques, les températures extrêmes et le bruit. Lesquels peuvent occasionner des dommages durables aux salariés au-delà de certains seuils d’exposition.

Les mécanismes de compensation
En cas de doute, la confédération recommande au salarié de se renseigner auprès d’un de ses représentants. La loi instaure alors, au bénéfice de ces salariés, un mécanisme de compensation, le but étant pour le salarié soumis à des facteurs de pénibilité de cumuler des points afin de prendre plus tôt sa retraite, se former ou travailler à temps partiel. Sachant qu’en 2015, pas moins de 520.00 personnes étaient éligibles au compte pénibilité quand seulement quatre critères étaient entrés en vigueur – au lieu de 10 aujourd’hui.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous