Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

La Barrière Automatique présente une borne anti-bélier

Conçue avec l'aide du cabinet Sanae Architecture, Roc s'intègre dans le milieu urbain grâce à ses lignes apaisantes et antianxiogènes, contrastant avec le risque terroriste contre lequel elle lutte. Mieux encore, grâce au matériau qui la compose, cette borne bénéficie de propriétés dépolluantes et antibactériennes.

Les appels d’offres en faveur de barrières ou de bornes anti-bélier et anti-voiture se multiplient sur les sites spécialisés. De quoi aiguiser l’imagination des fabricants. A commencer par La Barrière Automatique, une entreprise basée près de Lyon (Rhône). Créée en 1984, cette PME spécialisée dans la sécurisation des sites par barrières, herses et bornes propose une borne multi-fonctions conçue avec l’aide du cabinet Sanae Architecture. Avec ce nouveau concept de mobilier urbain, les collectivités peuvent désormais « intégrer la prévention de la menace terroriste comme un nouvel enjeu architectural pour l’aménagement des espaces urbains », fait valoir Jean-Marc Sanchis, directeur commercial et marketing de La Barrière Automatique.

Mobilier urbain antianxiogène
Tel un gros galet posé sur le sol et pouvant servir d’assise, ce nouveau mobilier urbain disponible en trois hauteurs a été imaginé pour protéger, notamment le parvis des grands monuments. Résolument antianxiogène, il est à la fois apaisant, dépolluant et protecteur. Baptisée Roc, cette borne anti-bélier est architecturée autour d’une approche dite Security by Design. Laquelle consiste à analyser les menaces et les risques existants, ainsi que les contraintes architecturales et fonctionnelles de l’environnement. Côté sécurité, Roc peut, en effet, arrêter l’assaut d’un camion ou d’une voiture de 1,5 tonne lancé à une vitesse de 50 km/h.

Des propriétés antibactériennes et dépolluantes
A cette fonction protectrice s’ajoutent des qualités antibactériennes et dépolluantes. Cette borne anti-bélier est fabriquée dans un matériau de synthèse constitué de 2/3 de minéraux naturels et d’un faible pourcentage de résines à grande résistance. Autonettoyante, elle a aussi la propriété de supprimer par photocatalyse les bactéries et dégrader par réaction chimique les oxydes d’azote (NOx), oxydes de soufre (SOx) et autres composés organiques volatiles (COV) lorsqu’ils se trouvent à la surface de la borne.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion