Juridikthon : innover dans la qualité de vie au travail

En partenariat avec l’École de droit de Paris 1 Panthéon-La Sorbonne, le cabinet d’avocats d’affaires Fidal et Plein Sens, une agence de conduite de la transformation sociale, Muriel Pénicaud, ministre du travail, a remis ce 22 octobre le prix du Juridikthon 2018. Organisé ces 15 et 16 octobre par le réseau de l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (Anact) et de ses agences régionales (Aract), cet événement collaboratif vise à imaginer des pistes d’action socialement innovantes et juridiquement sécurisées pour des entreprises. Composées d’étudiants des master 1 de droit social, ainsi que des masters 2 « Juristes de droit social » et  « Développement des ressources humaines et droit social » de Paris 1 , de spécialistes des organisations du travail et d’avocats, les équipes ont concouru pour imaginer des pistes d’action répondant aux attentes de quatre entreprises volontaires : Lagardère Travel Retail France, la Cinémathèque française, Cèdre et GTA.

Créer un conseil de performance et de reconnaissance collective
Sélectionnée par un jury présidé par Yves Struillou, directeur général de la Direction Générale du Travail (DGT) au ministère du Travail, l’équipe gagnante a imaginé une politique innovante de reconnaissance et d’intéressements des salariés. Celle-ci s’articule autour de la création d’un « conseil de performance et de reconnaissance collective » associant délégués syndicaux, membres du Comité social et économique (CSE) et salariés. Cette instance est sécurisée par un accord de méthode ainsi que par la mise en place d’espaces de discussion sur le travail, afin d’accompagner les transformations dans l’entreprise. Enfin, un accord est négocié pour intégrer un dispositif d’intéressement basé sur des indicateurs en matière de santé, RH, performances économiques et environnementales. L’équipe gagnante a été accompagnée par Antoine Jouhet du cabinet Fidal, Matthieu Fougeray de Plein Sens et Florence Loisil de l’Anact.

Développer la qualité de vie au travail
« Le Juridikthon 2018 montre par l’exemple qu’il est possible de progresser afin que les orientations stratégiques des entreprises prennent davantage en compte la qualité de vie au travail », souligne Richard Abadie, directeur général de l’Anact qui espère, grâce à ce concours, inciter les entreprises « à combiner culture de prévention et culture du dialogue social. » Quant aux autres participants au Juridikthon, ils ont travaillé sur la mise en place d’une politique du handicap et de maintien dans l’emploi, sur des actions visant à dynamiser le dialogue social dans une PME constituée de plusieurs établissements. Ou encore sur une démarche visant à soutenir l’organisation du travail et les collaborations suite à une fusion.

Erick Haehnsen


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.