Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Inondations : déployer des balises pour anticiper les crues

Mis au point par la start-up Ogoxi, ce système déploie des balises pour surveiller le niveau des cours d’eau et leur débit. Alors que la tempête Alex a dévasté les Alpes-Maritimes, ce dispositif pourrait bien intéresser les collectivités locales menacées par les intempéries. Mais aussi les riverains des zones à risques.

vue-d-helicoptere-de-la-vesubie-en-crue-devastant-le-village-de-la-roquebillere

Vue d’hélicoptère de la Vésubie en crue, dévastant le village de la Roquebillère dans l’arrière-pays niçois, suite au passage de la tempête Alex. © Capture d’écran à partir d’une vidéo de l’AFP

Des vents soufflant à 160km/h, des pluies diluviennes, une dépression de 500 mm d’eau en seulement 24 heures, des crues dévastatrices… La tempête Alex qui s’est abattue dans les Alpes-Maritimes et en Ligurie (Italie) entre samedi et dimanche laisse place à des scènes apocalyptiques. À l’heure où l’Hexagone affronte des intempéries de plus en plus dévastatrices d’une année à l’autre, la start-up Ogoxi pourrait bien changer la donne. Son innovation permet d’assurer la surveillance des cours d’eau et de mieux gérer les alertes en cas d’inondation.

Trois mois de pluie en 24 heures

Conjuguée à un épisode méditerranéen sévère, la tempête Alex a provoqué des dégâts sans précédent sur le territoire azuréen. Balayant des villages entiers, emportés par la crue des rivières et par des vents violents. Et déversant l’équivalent de trois mois de pluie en seulement 24 heures. Ce lundi matin, les pompiers affluent par milliers pour reprendre les opérations de recherche et de secours. Il faut faire vite car le bilan humain continue de s’alourdir :  deux corps ont été identifiés en France et quatre autres en Italie tandis que dix-huit personnes dont deux pompiers restent toujours disparues.

Un milliard d’euros de dégâts

Dans la nuit de samedi à dimanche, 210 riverains ont été évacués par les airs avec le soutien de l’armée jusqu’à l’aéroport de Nice. La ville a également ouvert des lieux d’hébergement d’urgence et mobilisé bus et taxis pour aider les sinistrés. D’après le conseil départemental des Alpes-Maritimes, la facture pourrait atteindre près d’un milliard d’euros.

Des capteurs le long des berges et des ponts

D’où l’intérêt du dispositif d’Ogoxi qui surveille en temps réel les cours d’eau de sorte à anticiper les inondations. Baptisé Ogoxe, celui-ci fournit aussi un outil d’aide à la décision pour les collectivités. Le dispositif comprend des balises équipées de capteurs le long des berges et des ponts. Objectif : mesurer les variations des précipitations et du débit des rivières. Plus précisément, ces balises surveillent les niveaux de pluie, de vent ou de hauteur de l’eau grâce à un système de mesure par ultra-son. Les balises calculent de même la vitesse du courant à la surface de l’eau.

Des données météorologiques et satellitaires

Pour augmenter la précision des mesures, Ogoxe prend en compte les prévisions météorologiques, des éléments cartographiques et des images satellitaires. Le système modélise également les caractéristiques des bassins versants selon leur typologie, leur géologie ou le taux d’urbanisation. En cas d’alerte, le système aidera à activer plus rapidement le Plan communal de sauvegarde (PCS) pour évacuer les zones en danger.

Une quarantaine de sites déjà équipés

« Grâce à notre dispositif de surveillance des cours d’eau, nous pouvons détecter de façon très précise les zones à risques. Et ce à l’instant T, afin de prévenir les populations et les secours. Nous avons équipé une quarantaine de sites depuis 2017. Deux d’entre eux se sont correctement déclenchés chacun une fois en octobre 2018 à Sigean, dans l’Aude. Ainsi que dans un camping des Pyrénées-Orientales à Porté-Puymorens », assure Guillaume Delai, PDG de la start-up basée à Saint-Laurent-de-Neste, dans les Hautes-Pyrénées (65).

Un boîtier connecté pour les riverains

Pour aller plus loin, l’entrepreneur a récemment eu l’idée de démocratiser son dispositif. Il a donc mis au point un boîtier connecté, le Floodix, qui permet aux riverains de surveiller eux-mêmes les risques de crue. À installer chez soi, celui-ci contrôle le niveau de danger. En cas d’incident, ses voyants lumineux s’allument et l’utilisateur reçoit un message d’alerte sur son téléphone ou sa boîte mail. Notamment en cas de décision officielle d’évacuation. Gage de sécurité, le système fonctionne en mode dégradé, via la radiofréquence. Pratique en cas de coupure d’électricité.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion