Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Genetec dévoile les principales tendances du marché de la sécurité en 2023

Interrogeant plus de 3 700 leaders de la sécurité, ce rapport aborde les principaux enjeux du marché de la sécurité physique et comment les entreprises vont définir leurs priorités.

Pénurie de main d’œuvre, modernisation du contrôle d’accès, déploiement de clouds hybrides, cybersécurité… Le marché de la sécurité physique opère de grandes mutations. En témoigne un rapport du spécialiste des solutions de sécurité unifiée Genetec qui passe au crible les principales tendances du secteur pour 2023. Pour réaliser ces prévisions, l’enquête a interrogé 3 700 leaders de la sécurité dans le monde.

rapport-sur-les-principales-tendances-2023

Genetec vient de publier un rapport sur les principales tendances 2023 du marché de la sécurité. © Genetec

Un manque de main d’œuvre 

Première observation, le rapport estime que le secteur de la sécurité est en proie à une pénurie de main-d’œuvre depuis 2022 : 50 % des personnes interrogées déclarent que leur équipe de sécurité physique a rencontré des problèmes de ressources humaines l’année passée. En conséquence, cette pénurie devrait stimuler la demande de solutions de sécurité unifiées. 

Des outils pour simplifier les opérations

Ainsi le rapport prévoit-il que, en 2023, les responsables de la sécurité vont compenser le manque de personnel avec des outils technologiques capables de simplifier les tâches, d’automatiser les processus et d’améliorer l’efficacité des équipes. Par exemple, en unifiant certaines technologies comme la vidéosurveillance, le contrôle d’accès et la reconnaissance automatique des plaques d’immatriculation. Des fonctions intégrées d’analyse ou d’aide à la décision peuvent également simplifier le travail des opérateurs et réduire les coûts en formation. 

les-entreprises-vont-investir-dans-des-outils-technologiques-pour-compenser-la-penurie-de-main-d-oeuvre

Pour compenser la pénurie de main d’oeuvre, les entreprises de la sécurité vont investir dans des outils technologiques avancés. © Werner Moser / Pixabay

Le contrôle d’accès en tête des investissements

Autre tendance forte, la modernisation du contrôle d’accès reste une priorité. Avec 67 % des organisations qui prévoient d’investir dans leur modernisation, les systèmes de contrôle d’accès (ACS) prennent la tête des priorités d’investissements technologiques dans la sécurité physique cette année. 

Des fonctionnalités plus riches

Pour les moderniser, les investissements porteront sur des solutions intégrées de cyberdéfense et de surveillance de l’état du système, avec des niveaux d’automatisation plus élevés. Concrètement, cela passe par l’ajout de fonctionnalités telles que les identifiants mobiles, la biométrie et les contrôleurs ainsi que les services connectés au cloud. 

modernisation-du-controle-d-acces

La modernisation du contrôle d’accès avec notamment la biométrie, reste parmi les investissements prioritaires. © Suzanne Plank / Pixabay

Démocratisation du cloud hybride

Par ailleurs, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à se tourner vers le cloud hybride. Il faut dire qu’il existe encore de nombreux dispositifs et infrastructures de sécurité qui ne s’avèrent pas encore compatibles avec le cloud. Par exemple, du fait qu’ils exploitent une bande passante limitée ou que le traitement et le stockage des données doivent rester sur le site. 

Un déploiement plus progressif

D’où l’intérêt d’une migration progressive avec le déploiement d’un cloud hybride. Une telle infrastructure permet de supporter les charges de travail en périphérie (Edge), de rendre les appareils existants compatibles avec le cloud et de centraliser l’accès aux systèmes et aux données de nombreux sites. 

Une cybersécurité proactive

Autre enjeu crucial, l’amélioration de la cybersécurité reste une préoccupation de premier plan. Selon, 36 % des professionnels de l’informatique et de la sécurité prévoient d’investir dans des outils liés à la cybersécurité pour améliorer la sécurité physique en 2023. Outre la défense contre les menaces, ces investissements porteront sur la planification et l’acquisition d’une architecture de sécurité proactive. 

Des outils de maintenance

Ces mesures pourront se traduire par le remplacement des anciens équipements avant leur défaillance, l’utilisation d’outils intelligents pour le suivi de la maintenance et de métriques pour améliorer les prévisions. Ou encore le recours à une expertise externe afin d’ajuster la planification de l’architecture de sécurité en cas de retard de la chaîne d’approvisionnement.  

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion