Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Florent Audoye, artiste performer devenu « chargé du bonheur au travail »

Invité en résidence d’artiste à la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME), ce jeune artiste a réussi à mêler l’art aux enjeux de qualité de vie au travail (QVT) pour sa future exposition dans le cadre de la Biennale PACT(e) qui se tiendra à la fin du mois à Paris.

Et si l’art pouvait améliorer la qualité de vie au travail (QVT) ? Dans le cadre du programme PACT(e) lancé en 2018 par le Carreau du Temple, à Paris, un jeune artiste prometteur, Florent Audoye, a été invité en résidence d’artiste au sein de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME) de Paris Île-de-France, en tant que « Chargé du bonheur au travail ». Durant deux mois, le jeune homme a multiplié les astuces pour égayer le quotidien des huit salariés de cette petite structure parisienne. Une série d’actions et de performances hautes en couleurs qui va donner lieu à une exposition lors de la Biennale PACT(e), consacrée aux résidences d’artistes en entreprise, du 27 au 30 juin à la Halle du Carreau du Temple à Paris.

Décrocher un CDD de 35 heures
« Lorsque le projet de résidence d’artiste à la CPME est né, j’ai proposé d’être nommé Chargé.e du bonheur au travail pour rigoler ! J’ai donc obtenu un CDD de 35 heures d’une durée de deux mois pour ce poste », se remémore Florent Audoye. Le jeune homme, qui a déjà exposé au Palais de Tokyo, n’est pas étranger au système hiérarchique managérial des entreprises. « J’ai enchaîné les jobs étudiants alimentaires et les aventures avec les systèmes associatifs politiques… »

Un artiste engagé pour les salariés
Une expérience qui n’a pas été sans conséquence pour l’artiste performeur. Il en a même fait l’une de ses principales sources d’inspiration pour son œuvre globale. Documents d’administration singés, performances en costume cravate… le jeune homme s’amuse à mâcher ses contrats, à tomber de sa chaise sous des montagnes d’archives pendant qu’un manager lui hurle dessus. « Ensuite, la situation part en vrille en mode BDSM ! », plaisante le créateur. Au-delà de la note d’humour fantasque, ce travail détourne certaines situations hiérarchiques autoritaires pour dénoncer les expositions aux risques professionnels que subissent les employés de bureau. A l’instar des troubles musculosquelettiques (TMS) résultant d’une position assise prolongée.
Si critique, dénonciation et farces ont longtemps été les maîtres-mots de ce créateur engagé, cette expérience au sein de la CPME a soulevé des enjeux tout à fait différents. « Durant cette résidence d’artiste, j’ai été intégré dans l’équipe de 9h à 18h. Du coup, j’ai pris mon rôle de chargé du bonheur au travail très à cœur, se remémore-t-il, il s’agissait de mettre en place des actions très rapidement ». Dans ce contexte, plutôt que de pratiquer la dérision et la moquerie comme à son habitude, le jeune homme a réellement travaillé sur des dispositifs de bien-être au travail.

Des fiches pour lutter contre les RPS
Cours de danse, de yoga, initiation à la sophrologie, entretiens en face-à-face, méditation, sieste au travail, les idées ont foisonné. « Le matin j’accompagnais les employés sur leur temps de trajet domicile-bureau, ou lors des pauses-cigarettes – même si je suis non-fumeur ! », raconte Florent qui a même fait venir un jour un chien, pour adoucir les moeurs. « Au fur et à mesure, les employés m’ont pris comme confident de leur quotidien. Je pouvais percevoir les tensions, les enjeux humains… », admet celui qui a fini par prendre sa mission très au sérieux. Il a ainsi été amené à proposer des aménagements inspirés du Feng Shui, pour améliorer l’ergonomie des postes de travail, et à créer des fiches sur la gestion du stress et du burn-out afin de prévenir les risques psychosociaux (RPS).

Une exposition prometteuse
En somme, Florent Audoye a voulu prouver que « les artistes ne sont pas forcément des énergumènes libérés de tous et de tout », mais bel et bien des créateurs qui ont un rôle à jouer. Pour découvrir les fruits de cette œuvre, le jeune artiste nous donne donc rendez-vous sur son stand du 27 au 30 juin à la Biennale du PACT(e) à la Halle du Carreau du Temple, où les croquis, documents d’archives et recherches abstraites côtoieront moquettes de bureau, kakemonos et autres photos.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion