Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Fibres céramiques réfractaires : l’Afsset propose une valeur limite d’exposition professionnelle

Dans un communiqué de presse publié lundi 28 septembre, l’Afsset a confirmé l’intérêt d’une valeur limite d’exposition professionnelle à 0,1 f/cm3, en moyenne sur une journée de 8 heures, pour les fibres céramiques réfractaires. Cette valeur a été adoptée le 30 juin 2009 et elle représentait une division par 5 de la valeur limite précédente...

Dans un communiqué de presse publié lundi 28 septembre, l’Afsset a confirmé l’intérêt d’une valeur limite d’exposition professionnelle à 0,1 f/cm3, en moyenne sur une journée de 8 heures, pour les fibres céramiques réfractaires.  Cette valeur a été adoptée le 30 juin 2009 et elle représentait une division par 5 de la valeur limite précédente. Elle place désormais la France en tête de la protection contre les risques des fibres céramiques réfractaires. Cette nouvelle valeur correspond à un excès de risque résiduel de cancer du poumon de 5 cas pour 10 000 travailleurs exposés.

Les fibres céramiques réfractaires (FCR) sont des agents classés par le centre international de recherche sur le cancer (CIRC) comme cancérogènes possibles pour l’homme (catégorie 2B). A l’heure actuelle, les FCR sont employées essentiellement pour des applications professionnelles dans l’isolation et le calorifugeage d’équipements au sein de divers secteurs de l’industrie lourde (principalement les fours dans le secteur des métaux ferreux et non ferreux, du verre, de la céramique, de la chimie, de la pétrochimie, etc.) mais également en quantité moindre dans d’autres secteurs d’activité (transport ferroviaire, automobile, etc.).

 

104 000 travailleurs seraient exposés aux fibres céramiques réfractaires en France (enquête Sumer de 2003).

 

Cependant, pour ce cancérogène sans seuil de toxicité, seule la valeur la plus basse possible est acceptable (principe « ALARA * » ). L’Afsset recommande donc au ministère chargé du travail de réévaluer cette valeur régulièrement, afin de l’abaisser.

 

Dans l’attente, elle rappelle aux employeurs leur obligation de mettre en œuvre des solutions de substitution pour limiter les expositions des travailleurs au strict nécessaire. Actuellement, sur le plan technique, des alternatives existent, notamment pour des températures inférieures à 1200° C. Le site www.substitution-CMR.fr  présente des exemples de substitution réussie.

 

En complément de la valeur limite d’exposition professionnelle sur 8 h, l’Afsset recommande de ne pas dépasser, sur une période de 15 minutes, une concentration correspondant à 5 fois la valeur sur 8 heures (VLEP-8h) afin de protéger les salariés des effets d’éventuels pics d’exposition. En outre, l’Afsset recommande de passer de la microscopie optique à contraste de phase (MOCP) à la microscopie optique à lumière polarisée (MOLP) ou à la microscopie électronique à balayage analytique (MEBA) pour comptabiliser les fibres céramiques réfractaires dans le cadre de la réglementation du travail. Cela suppose encore un développement méthodologique.  Cette nouvelle publication de l’Afsset vient compléter un rapport d’avril 2007 portant sur l’évaluation des expositions de la population générale et des travailleurs aux fibres céramiques réfractaires et aux fibres de verre à usage spécial (de type E ou 475).

 

> Pour consulter l’avis de l’Afsset

 

> Pour télécharger le rapport complet

 

* Le Principe ALARA est l’acronyme anglophone de Principe As Low As Reasonably Achievable. Le Principe ALARA est un principe selon lequel l’exposition de l’homme et de l’environnement à un risque doit être aussi faible que raisonnablement possible. On tient également compte des facteurs économiques et sociaux.

Commentez

Participez à la discussion