Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Dopée à la formation, la filière drone décolle

Non contente de s’être dotée d’une solide réglementation en matière d’aéronefs télé-pilotés, la France compte également une myriade d’opérateurs et presque autant d'offres de formation. Du coup, le secteur prend son envol.

Les temps sont à la disette salariale mais les drones vont peut-être changer la donne. Certains professionnels de ce secteur semblent en tout cas parfaitement convaincus et parient sur une explosion de leur marché d’ici à 2020. « Dans 5 ans, le nombre d’emplois devrait s’élever à 20.000 sur le territoire », pronostique notamment Moïse Rogez, dirigeant fondateur de Pixiel, une TPE spécialisée dans la prise de vue aérienne assistée par des aéronefs télé-pilotés : « Afin d’accompagner au mieux cette croissance, la filière doit se structurer. » Pixiel  a, entre autres, besoin de professionnels qui, une fois dans l’espace aérien, maîtriseront la réglementation en vigueur et les normes de sécurité édictées par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC).

Bonne nouvelle, la conjoncture semble favorable et les postulants devraient affluer. D’un côté parce que, depuis le 1er janvier 2015, le Compte personnel formation (CPF) est entré en application. Ce dispositif, qui consacre le droit de tout un chacun à se former professionnellement tout au long de sa vie active pourrait, à terme, démocratiser la filière. De l’autre, parce que les offres de formations affluent. Citons par exemple l’Ecole française du Drone, l’Ecole européenne de drone volant ou encore le Centre de formation des télé-pilotes de drones civils… ainsi qu’une galaxie d’offres éparses que les opérateurs de drones proposent souvent en complément de leur activité principale.

Dans le domaine de la formation, Pixiel n’est pas en reste. Véritable pionnière, la TPE a lancé l’Ecole des métiers du drone en 2011. L’enseigne, basée à Nantes, a formé 150 pilotes pour la seule année 2014. Un résultat qui encourage la TPE à passer la vitesse supérieure. Désormais, elle étend son offre à 5 grandes villes françaises (Avignon, Bordeaux, Lille, Paris et Toulouse). Et vise 500 formations dispensées sur l’année. En outre, en tant que membre de la Commission formation au sein de la Fédération Professionnelle du Drone Civil, Pixiel travaille avec les professionnels du secteur, conjointement avec la DGAC et les Organismes paritaires et collecteurs agréés (OPCA), à la mise en œuvre de référentiels de compétences théoriques et pratiques. Lesquels visent, in fine, à créer un Certificat de qualification professionnelle (CQP) afin de reconnaître officiellement l’existence du métier de pilote de drone.

Guillaume Pierre

Commentez

Participez à la discussion