Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Diodon Drone Technology lance le premier drone gonflable

Grâce à sa structure gonflable, ce drone hélicoptère décolle et atterrit sur n'importe quel terrain. Incassable du fait de son matériau issu de l'aéronautique, ce robot volant est aussi insubmersible et peut décoller depuis un point d'eau. Il est destiné aux marchés de la Sécurité civile et de la Défense.

Un nouveau venu sur le marché du drone de surveillance ! Insubmersible et tout terrain, le robot de Diodon Drone Technology, une startup toulousaine, multiplie les innovations. À commencer par ses bras de support qui ont pour particularité d’être gonflables. Fabriqués dans un matériau textile souple et incassable provenant de l’aéronautique, ils se replient pour plus de commodité et de compacité lors de leur transport. Grâce à quoi, ce drone hélicoptère peut décoller et atterrir sur n’importe quel terrain recouvert de sable, neige, cailloux etc, sans craindre de s’endommager car ses structures gonflables jouent un rôle d’amortisseur. Autre avantage, en cas de chute en mer ou dans un lac, pas de danger qu’il ne s’enfonce ou qu’il se détériore car il est insubmersible et son électronique est étanche.

Lancement commercial fin 2017

Décidément tout terrain, ce drone embarque une batterie interchangeable qui lui confère 30 minutes d’autonomie et une caméra qui peut être thermique, optique avec zoom ou nocturne. Trois modèles de drones sont disponibles. Tout d’abord, le MP40, un drone hexacoptère qui pèse 2,8 kgs et vole à la vitesse de 50 km/h sous des vents allant jusqu’à 20 nœuds. « Pour son pilotage, nous avons développé une tablette compacte, robuste et étanche avec laquelle le drone est piloté manuellement ou automatiquement », explique Antoine Tournet, PDG de la startup qu’il a cofondée en mars dernier avec Roman Luciani, également fraîchement diplômé de l’école d’ingénieurs Isae-Supaero spécialisée dans le domaine de l’ingénierie aérospatiale.
 

Bientôt une offre NRBC
« Fabriqués en France, les premiers démonstrateurs de drones seront commercialisés en fin d’année », indique le dirigeant de l’entreprise qui espère en vendre une trentaine d’unités l’an prochain sur les marchés de la défense et la sécurité civile. Parallèlement, la startup qui compte 4 personnes (deux ingénieurs, un commercial et un développeur) développe une offre contre le risque nucléaire, radiologique, biologique et chimique (NRBC) avec Bertin Technologies. L’enjeu est de détecter des radiations et faire une cartographie du site en cas d’accident nucléaire. « Ce projet devrait être finalisé au deuxième semestre 2018 », prévoit Antoine Tournet. Jusqu’à présent, la startup a autofinancé ses développements et bénéficié des subventions accordées notamment par le concours Coup de pouce de l’Occitanie dans la catégorie Graine d’entrepreneurs au titre du défi de renouveau industriel.

Eliane Kan
 

Une minute trente suffit pour déployer
ce drone qui se loge dans un sac dédié.
© Diodon Drone Technology
Une minute trente suffit pour déployer
ce drone qui se loge dans un sac dédié.
© Diodon Drone Technology

Commentez

Participez à la discussion