Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Détecteurs de fumée : Finsecur veut séduire les grands comptes

Le groupe Finsecur, fabricant de matériel de sécurité incendie, multiplie les investissements afin de gagner en crédibilité auprès des grandes entreprises utilisatrices. Objectif : se positionner en leader sur le marché du démantèlement des Détecteurs de fumée à chambre d'ionisation (DFCI).

Obligatoires en 2015 dans tous les foyers neufs ou anciens, les détecteurs de fumées sont indispensables pour réduire le nombre d’incendies en France (il y en a 250.000 par an). Toutefois, certains d’entre eux posent des problèmes sanitaires, à l’instar des détecteurs de fumée à chambre d’ionisation (DFCI). Au nombre de 7 millions en France, ce type particulier d’appareils, qui équipe déjà de nombreux Établissements recevant du public (ERP), contient des éléments radioactifs susceptibles de présenter un risque pour la santé. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a donc imposé leur recensement au 31 décembre prochain au plus tard ainsi que leur retrait avant la fin 2017. Niché sur le marché des systèmes de sécurité incendie, le fabricant français Finsecur (CA 2013 : 31 millions d’euros), titulaire d’une habilitation délivrée par l’ASN, ne veut pas laisser passer l’opportunité de démanteler les DFCI existants et d’assurer leur remplacement.

Afin de réaliser ses ambitions, le groupe basé à Nanterre (Hauts-de-Seine) cherchait à gagner en crédibilité afin de séduire les grands comptes, le marché le plus juteux. Dans cette optique, Finsecur a profité de 2013 pour se positionner sur l’ensemble du territoire. Le groupe a, d’une part, étendu son réseau national de distribution grâce à une opération de croissance externe d’un montant de 7 millions d’euros (désormais, son réseau possède 17 implantations en France). Il a, d’autre part, acquis à 100 % la société marseillaise Conjoncture, spécialisée dans la conception et l’installation de systèmes de sécurité électronique (CA : près de 3 millions d’euros en 2013). Pour l’heure, Finsecur se prépare à ouvrir, début 2014, une filiale à Tours, dans le Centre de la France.

En croissance (25% par an) depuis sa création en 2000, Finsecur, qui se targue de réinvestir plus de 10% de son chiffre d’affaire en R&D chaque année, a enregistré pour 3,5 millions d’euros de commandes auprès de grands comptes en 2013 comme Air France, l’Institut national de l’audiovisuel ou encore le Service des achats de l’État. Parmi ses plus importantes réalisations, citons notamment la conception du système de sécurité incendie de la tour Carpe Diem à la Défense. En outre, un leader mondial de la grande distribution lui a confié les systèmes de sécurité incendie de 400 sites en France. Le pari initial semble en passe d’être réussi.

Guillaume Pierre

Commentez

Participez à la discussion