Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Déroulpack supprime la pénibilité lors du filmage manuel de palettes

Utilisé pour obtenir la tension du film de façon mécanique, cet outil est sur le point d’être commercialisé dans une version adaptable à des bobines de film sans mandrin.

Une réduction de la pénibilité, de 5 à 0,5 selon le logiciel Muska de l’Anact. C’est ce que garantit Gérard Bihlmaier, gérant de la société Déroulpack by Aston Pack, située à Strasbourg (67), aux utilisateurs de son outil. « Le Déroulpack offre la possibilité de travailler différemment. L’opérateur ne se baisse plus pour filmer le bas de palette, il ne tire plus avec ses bras sur le film pour obtenir de la tension. Le travail des épaules et du dos est réduit, de même que les risques de TMS dorsaux-lombaires : lumbagos, sciatiques, hernies discales, etc. Les blessures aux mains sont moins fréquentes. En autorisant le filmage manuel en marche avant, la sécurité du travailleur est améliorée. »

Réduction des coûts. Ce produit breveté, conçu et fabriqué en France, a remporté un Oscar de l’Emballage et est utilisé par les grands groupes de la distribution, de la logistique, de l’industrie et de l’agriculture. Son objectif : préserver la santé des salariés, mais aussi améliorer les performances de l’entreprise. « Grâce à Déroulpack, le gérant économise près de 40% sur le prix de la palette, puisqu’il réduit les épaisseurs de film, de 12 à 7 microns », explique le dirigeant. La production est préservée sur les postes où subsiste le filmage manuel, pas de risque donc de panne de machine, qui diminuent les performances de l’entreprise.

Le produit s’utilise avec tous les films étirables ou pré-étirés. Il répond aux exigences d’utilisation dans les environnements agro-alimentaire, produit frais, froid positif et négatif. En 2015, un accessoire (Coreless), adaptable à tout Déroulpack, sera commercialisé pour utiliser des bobines de film sans mandrin carton : moins de déchets, moins de poids et donc moins de travail pour les opérateurs.

Caroline Albenois

Commentez

Participez à la discussion