Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

David Toubalem (BNF) : « Un prix trop bas risque de cacher des failles »

Chef du service de la sécurité de la Bibliothèque nationale de France, David Toubalem nous dévoile les enjeux de l’achat de prestations de surveillance humaine. En particulier le besoin d’adéquation entre le prix affiché et la décomposition des postes de coûts chez le prestataire.

Pourquoi vous intéressez-vous aux stratégies d’achat de la surveillance humaine ?

Depuis les attentats de 2015, le besoin en agents de sûreté n’a cessé de croître. Par ailleurs, les forces de l’ordre ne peuvent pas répondre à la propagation de ce besoin. Du coup, la complémentarité entre les forces de police et les prestataires de sûreté est plus jamais nécessaire.

david-toubalem-est-chef-du-service-de-la-securite-de-la-bibliotheque-nationale-de-france.

David Toubalem est chef du service de la sécurité de la Bibliothèque nationale de France. © BNF

Quels sont les critères à observer ?

Dans une politique d’achat de prestation de sûreté, il est important de prendre en considération la formation des agents et de leur encadrement, leurs compétences ainsi que le niveau opérationnel avant d’examiner le facteur prix. La question n’est pas d’acheter au moins disant ou au plus cher.

Que faut-il viser ?

La bonne adéquation entre le juste prix et le niveau d’exigence en matière de compétences requises. Ce niveau d’exigence se définit par une expression des besoins qui est propre à chaque organisation. Ensuite, il appartient au prestataire de proposer et de maintenir non seulement ce niveau de compétence et le suivi de formation requis mais aussi les contrôles de qualité nécessaires pour assurer la pérennité de l’entreprise.

Comment faire en sorte que le prix de la prestation soit éthique ?

On peut demander au prestataire de décomposer ses postes de coût afin de voir quel est le niveau de la marge restante qui sera accordée à la formation des agents, au contrôle qualité, aux outils technologiques, à la tenue vestimentaire des agents et au taux d’encadrement. Cette décomposition montrera si le prix affiché permet à l’entreprise de financer le niveau des prestations demandées.

Les prestataires acceptent-ils facilement de dévoiler l’intimité de leur structure de coûts ?

En général, on signe pour une période de quatre ans. Cette durée contractuelle ouvre au prestataire des perspectives alléchantes. Bien sûr, la prestation de surveillance humaine réclame que ce soit l’expert métier en charge du dossier, et non l’acheteur, qui conduise l’analyse en profondeur.

Face aux paramètres du responsable achat, comment l’expert métier parvient-il à s’en sortir par le haut ?

Il y parvient si l’entreprise cherche à acheter une compétence et non un prix. À vouloir gagner de l’argent à tout prix, on peut beaucoup y perdre. Quel que soit l’achat, un prix trop bas risque de cacher des failles.

Structurez-vous un dialogue avec le prestataire afin de l’aider à élever son niveau ?

Bien sûr ! Pendant la durée du contrat, il s’établit une relation de partenariat avec le prestataire de surveillance humaine. En fonction de l’actualité et de la situation, cette relation peut être amenée à évoluer et être modifiée. Il faut être conscient qu’on pilote de l’humain et non des machines. Par exemple, on ne peut demander aux agents de sûreté de prendre la température des clients à l’entrée d’un supermarché, ni de leur demander de passer leurs mains au gel hydroalcoolique et encore moins de ranger les caddies. Cela les détournerait de leur mission de sûreté. En, cas d’incident, cela pourrait même le leur être reproché.

Sur le terrain de la formation des agents, quels progrès souhaiteriez-vous voir ?

Aujourd’hui, le diplôme de l’agent de sécurité incendie est délivré par un officier de la brigade des sapeurs-pompiers. Tandis que l’agent de sûreté reçoit sa carte professionnelle dans un centre de formation. En fait, il mériterait que cette carte professionnelle soit délivrée par une force régalienne, qu’il s’agisse de la police nationale ou de la gendarmerie nationale.

Propos recueillis par Erick Haehnsen

Commentez

Participez à la discussion