Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Cybersécurité

Cybersécurité : quelles solutions gratuites pour le télétravail ?

Le confinement occasionne des failles de sécurité inquiétantes pour les entreprises. Conscients de ce fait, certains éditeurs se mobilisent pour former les employés à la cybersécurité ou fournir des services sécurisés open source.

un-homme-d-affaires-travaille-sur-son-lap-top-les-pieds-sur-la-table-basse

Avec la généralisation du télétravail, les éditeurs comme Simpl, Woonoz et ITrust se mobilisent pour protéger les entreprises des cyberattaques. © Dillon Shook pour Unsplash

Qui dit télétravail dit souvent failles de cybersécurité. Privés de l’infrastructure informatique de sécurité de leur entreprise, les employés, munis d’un simple laptop, s’exposent à de gros risques. De fait, depuis le début de l’épidémie, les entreprises affrontent une recrudescence inquiétante de cyberattaques. Outre le manque d’outils de sécurité informatique, les hackers exploitent les comportements à risque des collaborateurs. Dans ce contexte, les éditeurs ne manquent pas d’initiatives. Ils sont de plus en plus nombreux à proposer des outils gratuits pour protéger les entreprises. Soit en mettant à leur disposition des services et logiciels de cybersécurité, soit en formant directement les salariés. 

Des entreprises vulnérables

« À l’heure où les autorités demandent aux entreprises de favoriser le télétravail pour respecter le confinement, il faut savoir que cette pratique crée des brèches et des failles de sécurité très importantes » soulève Jean-Nicolas Piotrowski, fondateur et président de la société toulousaine ITrust, dans une interview accordée au quotidien en ligne LaTribune.fr.

Une recrudescence de cyberattaques

Et pour cause, dans l’urgence de migrer les postes de travail vers les domiciles, les entreprises n’ont pas forcément le temps de penser à la cybersécurité. Or les brèches se multiplient sur un ordinateur personnel. En cause, la vulnérabilité des pare-feu existants et du WI-FI domestique facile à craquer. De quoi encourager les attaques par phishing, rançongiciels, déni de service ou encore les fraudes par courriel.

Des éditeurs solidaires

Face au nombre grandissant d’entreprises en difficulté, cet expert de la sécurité en appelle donc à la solidarité des éditeurs. Pour cela, il a créé un groupement d’entreprises innovantes dans la cybersécurité au sein du Cloud d’Hexatrust. Le but étant de coaliser les éditeurs qui proposent des solutions gratuites durant le confinement. D’ores et déjà, cette démarche a convaincu un certain nombre de structures comme Atempo, Jaguar Network, Ercom (Thales), Tixeo ou encore Wallix.

Un scanner de vulnérabilité

Quant à l’entreprise toulousaine, elle a tout de suite enrichi son offre avec deux services disponibles. « Nous proposons aux entreprises notre scanner de vulnérabilité Ikare et la plateforme logicielle Acsia qui permet de sécuriser les postes de travail à distance », détaille le dirigeant. 

Une formation aux b.a.-ba

Autre initiative, l’expert en ancrage mémoriel de réflexes Woonoz sensibilise les entreprises et les assureurs à la cybersécurité. A travers un parcours en ligne, les cours gratuits se déroulent durant 45 minutes. L’actualisation de leur contenu s’effectue via le spécialiste de la gestion des risques IT et cyber Inquest (groupe Stelliant). 

Des outils de télétravail

Autre service gratuit, Simpl a mis au point un véritable couteau suisse du télétravail avec sa solution Simpl Winhome. Ce lanceur d’applications fournit les outils nécessaires au télétravail. Comme des accessoires de bureautique, des applis de visioconférence ou encore des moyens d’optimiser la connexion internet. Côté sécurité, figurent la mise en place d’un antivirus, l’administration du firewall, et la création de mots de passe sécurisés. 

Protéger le poste de travail

En cas d’attaque, l’éditeur open source a tout prévu. En effet, une solution se charge de la restauration de fichiers effacés. Par ailleurs, en cas de panne, un technicien pourra prendre la main à distance sur votre PC pour le réparer.  

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion