Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Colis suspects : un scanner calcule le seuil de densité des objets

Inventé par le fabricant Rapiscan Systems, cet appareil dispose de rayons X capables de calculer la masse, le volume et le numéro atomique de chaque objet à passer au crible.

Aéroports, banques, hôtels, entreprises, paquebots… face à la menace terroriste, les très nombreux secteurs touchés travaillent leurs fortifications. Notamment en installant des appareils de détection des bagages, paquets et colis à l’entrée de leurs portiques. Le but étant de vérifier qu’aucune arme ou bombe ne puisse être introduite. Face à la demande croissante, les fabricants du secteur n’ont de cesse d’affiner leurs techniques de détection. C’est le cas du fabricant Rapiscan Systems, qui vient de mettre au point un tout nouveau tunnel de détection, le scanner rX 620Xr.

Possibilité de mettre en place un réseau
Distribué en France par HTDS, ce scanner est doté d’une ouverture de 62 cm de large sur 42 cm de hauteur, à travers laquelle transitent les affaires des visiteurs, sous les rayons X. Côté fonctionnement, le dispositif comprend un panneau de commande relié à un logiciel de traitement d’image, oS600. Cette solution est également capable de connecter en réseau le détecteur à d’autres appareils de son acabit.

Stimuler l’attention de l’opérateur
A cela s’ajoute un logiciel de projection d’image fictive de menace (TIP) faisant surgir de manière aléatoire des images d’objets suspects, enregistrées au préalable. Un moyen de maintenir les agents de sécurité en état de vigilance. Lorsque les appareils sont montés en série, les TIPs sont alors reliés entre eux à travers un réseau, le TIPnet, autour d’un poste central.

Des algorithmes pour définir le seuil de densité
Afin de garantir la fiabilité du système, le scanner tourne grâce à une technologie de détection automatique de la contrebande et des objets suspects baptisée Target. Cette solution repose sur un logiciel libre dont les algorithmes sont capables de mesurer la masse, la taille et le numéro atomique des objets passés au crible. En d’autres termes, le logiciel va calculer le seuil de densité des objets à scanner. Lorsqu’il s’agit d’objet suspect, s’avérant supérieur à la moyenne, le dispositif produit une alerte de seuil de densité (Dta) afin d’avertir l’opérateur.

Une application pour apprendre à maîtriser les logiciels
Enfin, pour apprendre à bien manier ces technologies, le fabricant a mis au point un programme de formation opérateur (OTP). Cette application comprend des modules chargés d’initier les agents aux différentes fonctionnalités du système.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion