Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Climat : l’UE vote cinq textes clés pour réduire les émissions carbone

Pour réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2030 et faire face au réchauffement climatique, le Parlement européen vient de voter cinq textes pour étendre la taxation carbone à de nouveaux secteurs ainsi qu'aux particuliers.

Face à l’urgence climatique, l’Europe ambitionne de devenir le premier continent neutre en carbone en 2050. Dans ce contexte, le Parlement européen (PE) a voté mardi 18 avril cinq textes clés pour atteindre l’objectif climatique de 2030. Il s’agit de la stratégie dite « fit for 55 », qui consiste à réduire de  55 % les émissions de gaz à effet de serre (GES) de l’UE dès 2030, comparé à 1990. Et de 57 % des émissions en comptant sur les puits de carbone.

parlement-europeen

Parlement européen à Bruxelles en Belgique. © Guillaume Périgois / Unsplash

Une stratégie basée sur la taxation carbone

La stratégie de l’UE se base en priorité sur le marché carbone. Auparavant, le système de quotas de CO2 ne concernait que les industries les plus polluantes, comme les producteurs d’électricité, d’acier ou de ciment. Leurs émissions de carbone étant soumises à une taxe au-delà d’un certain taux. Mis en place en 2013, ce système de quotas fait l’objet de nombreuses entorses, les États fournissant à la pelle des émissions gratuites. 

Fin des quotas gratuits

Pour y remédier, le PE vote la fin des quotas gratuits. Ils vont diminuer à partir de 2026, pour disparaître en 2034. Avec un prix du CO2 à 100 euros la tonne actuellement. 

Un marché étendu

Cette taxe carbone concernera également les importations d’acier, d’aluminium, de ciment, d’électricité ou d’engrais aux frontières. Le but étant de ne pas léser les industriels européens face à la concurrence mondiale. Par ailleurs, le marché carbone inclut désormais deux nouveaux secteurs très émetteurs en GES : les transports (routiers, aériens et maritimes) ainsi que les bâtiments.

Les particuliers concernés

Par ailleurs, le marché carbone va s’étendre aux particuliers incluant leurs logements et les transports routiers. Il concerne 447 millions de citoyens européens, à partir de 2027. La taxation sera fixée à 45 euros la tonne de carbone jusqu’en 2030. 

5-textes-votes-pour-reduire-les-emissions-carbone

Le PE a voté cinq textes pour réduire les émissions carbone de 55 %. © Maxim Tolchinskiy / Unsplash

Une taxation inégale

Pour la suite, certains économistes et députés craignent une flambée des prix sur le marché de l’énergie. À l’instar de l’eurodéputée française Manon Aubry (La Gauche, LFI) qui fait remarquer que les particuliers devront payer dès 2027. Et ce, alors que les entreprises pourront toujours profiter de quotas gratuits jusqu’en 2034. 

Fonds social pour le climat

Face à cela, l’UE met donc en place un Fonds social pour le climat. Pesant 86,7 milliards d’euros, ce dispositif cible les ménages les plus défavorisés. À partir de 2026, il fournira des aides comme des bons d’achat pour l’isolation ou une aide à la transition vers des moyens de transport plus verts. 

Des objectifs incomplets

Malgré cette stratégie « fit for 55 », pas sûr que le Pacte vert n’atteigne ses objectifs. Comme le souligne le journal Ouest-France, il manque une dizaine de législations en retard sur le volet environnement. Parmi les textes qui n’ont toujours pas été votés, figurent la restauration de la nature, la pollution de l’air, l’économie circulaire ou encore la diminution des pesticides. Autant d’enjeux cruciaux pour réduire le risque environnemental.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.