Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Chaussures de sécurité : en marche vers plus de confort et de style

Outre leurs propriétés de protection, les chaussures de sécurité misent de plus en plus sur l'esthétique pour séduire les professionnels. Si bien que les fabricants rivalisent d’effort pour en améliorer le confort et donner du style à ces EPI, qui collent plus que jamais au look sport urbain.

Pour bon nombre de salariés, se sentir bien au travail, c’est être « bien dans ses baskets ». Un besoin de confort particulièrement pris en compte par les fabricants et distributeurs de chaussures de sécurité. Rappelons que ces dernières doivent être estampillées EN 20345. Cette norme certifie que la coque résiste à la pression de 200 joules et que la chaussure prévient des risques d’écrasement et de la présence d’hydrocarbure ou d’huiles minérales (voir encadré).

Plus de 55% de l’énergie restituée
Parmi les fabricants à la pointe en matière de confort, l’italien U-Power et sa filiale française Jallatte ont présenté lors du dernier salon Expoprotection (du 6 au novembre 2018 à Paris Porte de Versailles) des modèles intégrant la technologie Infinergy de BASF. Préalablement adoptée dans les baskets de running d’Adidas, il s’agit d’un polyuréthane thermoplastique expansé (E-TPU pour Expanded Thermoplastic Polyurethan). Plus léger que le caoutchouc, Infinergy se présente sous la forme d’une mousse de faible densité (environ 0,25) très résistante à l’abrasion et à la traction. D’une grande élasticité, celle-ci facilite les positions accroupi ou à genoux tout en diminuant l’effet de fatigue lors des déplacements. En effet, Infinergy restitue plus de 55% de l’énergie accumulée pendant la marche, durant la phase d’appui et la poussée du pied. Infinergy contribue, en outre, à prévenir les troubles musculo-squelettiques (TMS) des membres inférieurs tout en stimulant la circulation sanguine.

Nouvelles collections signées Jallatte
Les semelles Infinergy intéressent un très large public dont font partie les salariés travaillant debout de manière prolongée, mais aussi ceux piétinant ou se déplaçant sur de courtes et longues distances sur des sols durs. Sans oublier les opérateurs travaillant à genoux, accroupis ou répétant les mêmes postures et les mêmes gestes. La technologie Infinergy est présente dans la basket J-Energy de Jallatte, qui en a démarré la production au début de l’année dans son usine de Saint-Hippolyte-du-Fort (Gard). Deux nouvelles collections adoptant la technologie de BASF ont d’ailleurs été lancées cette année. La J-Hop qui restitue 41,5% de retour d’énergie et la Triftane X, qui combine énergie et résistance à la chaleur (+300°C), afin de répondre aux besoins des environnements industriels. Elle se démarque avec sa semelle d’usure en nitrile surmontée de plots afin de respecter les zones naturelles d’appui du pied et éviter l’accumulation des liquides et des salissures. Parmi les modèles proposés, le Jaltea SAS est une basket de sécurité antistatique S3 CI, HRO SRC (voir encadré pour les définitions) en cuir nubuck souple doté d’un embout en aluminium et d’une semelle anti-perforation en textile haute ténacité (résistance 1.100N). De quoi protéger contre les clous et autres objets pointus. Ce modèle est aussi pourvu d’une semelle de propreté en polyuréthane et mousse thermosensible à mémoire de formes, de manière à amortir les points de pression et l’absorption des chocs talonniers.

Limiter le risque de blessure

Outre le confort, le choix d’une chaussure est dicté par d’autres paramètres qui dépendent de l’environnement dans lequel évolue le porteur – ou la porteuse. « Il faut savoir s’il travaille à l’extérieur, avec des risques de pluie et de glissades sur des terrains accidentés, ou plutôt à l’intérieur sur des surfaces planes, sèches ou huileuses », rappelle Marie-Caroline Aoust de Rouvèze, cheffe de produits chaussants au sein du groupe RG. Basé à Saint-Priest (Rhône), ce distributeur vend depuis 21 ans des équipements de protection individuelle (EPI) sur le marché français et à l’export (Allemagne, Belgique, Espagne, Italie et Suisse). Le distributeur propose aussi sous sa propre marque Ergos deux chaussures de sécurité S3 SRC en cuir pleine fleur avec une semelle Infinergy : le modèle bas de type tennis, baptisé Mercure, et la basket montante Apollon. En plus du confort des utilisateurs, RG veille aussi à limiter les risques de blessures. C’est le cas avec le modèle Leeds S3 SRC, taillé pour de multiples usages. Ici, pas d’Infinergy, mais une semelle polyuréthane double densité (PU2D). Celle-ci intègre un cambrion qui absorbe une partie des torsions lors de la marche. A cela s’ajoute un système d’anti-glissoir qui maintient le pied et absorbe en partie les mouvements latéraux de la cheville. Ce qui limite les risques d’entorse.

Le modèle Leeds intègre une protection pour prévenir les entorses.
© Ergos
Le modèle Leeds intègre une protection pour prévenir les entorses.
© Ergos

Confort climatique à bord

Le monde du sport aiguise aussi l’imagination de Heckel, une marque du groupe Uvex. Basée à La Walck (Bas-Rhin), Heckel s’est spécialisée dès 1970 dans les chaussures de sécurité. Près de 50 ans plus tard, leur design s’imprègne fortement du sport urbain, à l’instar de sa collection best-seller Run-R, qui s’est enrichie de six nouveaux modèles de sécurité reconnaissables grâce à leur semelle blanche. Deux d’entre eux sont estampillés S3 et quatre S1P. Misant sur la flexibilité et la légèreté, ces six modèles intéressent plusieurs secteurs d’activité. Entre autres, l’industrie légère, la logistique, les transports, l’aéronautique, la maintenance, l’assemblage, l’artisanat, les collectivités, les services, les environnements secs. Les six modèles sont dépourvus d’éléments métalliques et disposent tous d’une semelle en PU2D. Quant à la semelle de propreté, elle se fait protectrice grâce à ses absorbeurs de choc à l’avant et à l’arrière. A noter aussi sa zone massante située au niveau de la voûte plantaire. Pour améliorer le confort de l’utilisateur, cette semelle de propreté comporte en surface de la microfibre perforée et, en dessous, une mousse à cellules ouvertes. Ce qui confère à la basket une grande capacité d’absorption et d’évacuation de la transpiration sachant qu’un pied évacue en général l’équivalent d’un verre d’eau lors d’une journée de travail actif. « Il faut donc capter la transpiration, la stocker et l’évacuer vers l’extérieur via la doublure et la semelle de propreté », explique Laurent Rebstock, chef de produit international chaussures chez Uvex.

Design récompensé
Ce dernier propose une nouvelle gamme, uvex 1 sport, dont le design a été récompensé par plusieurs prix. Le plus récent étant le German Design Award 2019. Il s’agit de nouveaux modèles de chaussures de sécurité S3 SRC et S1 SRC. « Cette gamme intéresse notamment les ateliers de peinture car elle est exempte de silicones, plastifiants et autres substances qui nuisent à l’application de la peinture », indique Laurent Rebstock. Proposé en quatre largeurs pour plus de confort, uvex 1 sport est aussi adaptée aux femmes, sachant que les pointures 35 à 40 sont fabriquées dans une forme spécifiquement conçue pour elles. Cette version se décline en trois coloris (fuchsia, bleu roi et noir). Quant aux chaussures de sécurité adaptées à l’environnement extérieur, le fabricant répond à ce besoin avec la nouvelle gamme uvex 2, qui se pare de tiges en cuir pleine fleur ou microfibre. Visant différents secteurs (énergie, transports, logistique, services aéroportuaires, mécanique, industrie chimique…), cette nouvelle collection est repérable grâce à l’extrémité de la chaussure recouverte d’une injection en polyuréthane pour plus de résistance à l’abrasion, ainsi que ses semelles antidérapantes fortement cramponnées. Sur les dix-huit modèles proposés, plus de la moitié arborent une semelle en caoutchouc Vibram, qui assure au porteur une très bonne adhérence et une résistance à l’abrasion pour une durée de vie plus importante.

Les modèles de la gamme uvex 1 sport se déclinent en version féminine.
© Uvex
Les modèles de la gamme uvex 1 sport se déclinent en version féminine.
© Uvex

Protection de la malléole

Autre acteur historique du marché de la chaussure de sécurité, Parade lance Narena, un nouveau modèle S3, en cuir pull-up hydrofugé, normé SRC, HRO, CI, HI, AN, entièrement dédié aux travaux en extérieur. Conçu pour évoluer sur des sols accidentés, Narena prévient les risques de blessure au niveau de la malléole grâce à la présence d’un patch en caoutchouc sur le côté extérieur de la tige et l’ajout de mousses à forte densité à l’intérieur de la chaussure. Ce dispositif protège ainsi le porteur en cas de choc avec un engin ou tout autre outil. « Il s’agit d’un des rares produits du marché normé AN », indique Laure Leblon, responsable des collections chez Parade. En outre, le modèle Narena est équipé d’un embout en composites, d’une semelle anti-perforation textile pour une plus grande légèreté, ainsi que d’œillets en plastique pour un laçage facile. Amagnétique du fait de l’absence d’éléments métalliques, ce modèle s’adresse notamment aux entreprises en charge de poser des réseaux en fibre optique. Tournée vers le futur, Parade innove également en se lançant dans la chaussure de sécurité connectée avec huit modèles S3 en tiges basses et hautes. Chacun d’entre eux renferme des détecteurs de chute, GPS, batterie et système de communication. En cas de chute, l’alerte est envoyée avec la géolocalisation du porteur de sorte à prévenir les proches. Le marché est impressionnant. Rien qu’en France, Parade dénombre 1,5 million de travailleurs isolés (soit 2,2% des travailleurs).

Eliane Kan

Des normes pour bien protéger les pieds

La norme S1 est adaptée aux environnements secs. Idem pour la norme S1P qui rajoute le risque de perforation au niveau du pied. La norme S2 concerne les environnements avec un haut niveau d’humidité. S3 y ajoute le risque de perforation au niveau du pied. Les normes additionnelles les plus courantes sont les suivantes : – norme P : chaussure équipée d’une semelle anti-perforation – norme SRC (SRA ou SRB) : semelle antidérapante en fonction du type de sol – norme HRO : semelle résistant à la chaleur jusqu’à 300°C – norme HI : chaussure possédant une isolation de contre la chaleur – norme CI : chaussure possédant une isolation contre le froid – norme WR : chaussure imperméable (tige déperlante) – norme WRU : chaussure imperméable résistant à l’immersion – norme ESD : chaussure dissipant les décharges électrostatiques

Le modèle Narena intéresse notamment les travaux de tranchées.
© Parade
Le modèle Narena intéresse notamment les travaux de tranchées.
© Parade

Commentez

Participez à la discussion