Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Bloom At Work dans le Top 30 de Station F pour le bien-être au travail

Cette startup sonde le moral des employés afin d’en tirer de précieux enseignements. Forte de son expérience, elle fait désormais partie du cénacle des trente entreprises les plus prometteuses de la Station F, le plus grand incubateur de monde.

C’est une récompense particulièrement prestigieuse que vient de décrocher Bloom At Work, la startup dédiée au bien-être au travail. En effet, la Station F, le plus grand incubateur du monde, vient de dévoiler son premier top 30 des pépites les plus prometteuses. Une place au soleil obtenue qu’elle obtient pour sa solution de mesure de l’épanouissement des français au travail.

Un millier d’entreprises
Cette première édition a été révélée à l’occasion du bilan des deux premières années de la Station F. A présent, le campus qui regroupe 1 217 startups dans son écurie va réaliser chaque année une édition nommant les 30 entreprises les plus intéressantes. Pour rappel, parmi les bien heureuses jeunes pousses soutenues depuis la création de l’incubateur en 2017, 15% se revendiquent en tant que plateformes de location logicielle sur internet pour les applications interentreprises (BtoB SaaS), 12% pour l’intelligence artificielle (IA), 11% pour le e-commerce et 10% pour la formation et l’éducation.

Une levée de fonds d’un million d’euros
Côté innovation dans la santé et la sécurité au travail, c’est donc Bloom At Work qui a été récompensée pour sa solution d’analyse et de mesure du bien-être en entreprise. Parmi les critères qui ont pesé dans la balance, elle a été nommée par le programme d’incubation Founders Program dont elle fait partie depuis un an. Avec une levée de fonds d’un million d’euros en novembre 2018 et une croissance soutenue de 100%, elle a donc pu être retenue dans la catégorie « Tools that empower business » (des outils pour consolider le développement de l’entreprise).

10 000 salariés interrogés
Pour cette société créée en 2016 par Charles de Fréminville et Julie Chane Ching, il s’agit de bâtir une méthodologie au service de l’épanouissement des salariés au travail. Pour cela, les deux « runners » ont développé des outils technologiques chargés de sonder l’humeur des collaborateurs (plus de 10 000 déjà aujourd’hui) de manière anonymisée. De quoi obtenir des tendances qu’ils pourront ensuite révéler à la soixantaine d’entreprises avec lesquelles ils travaillent. Dont Guerlain, BNP Paribas, Sanofi, l’Oréal ou encore Orange.

Le droit à l’erreur
Autre piste intéressante, la startup se plaît à dépoussiérer des thématiques managériales rarement abordées en France. Par exemple, elle vient d’organiser une conférence dédiée au droit à l’erreur en entreprise. Cet événement au sujet peu commun a attiré une centaine de DRH et d’experts intéressés par l’idée que l’échec peut aussi être considéré comme une vertu. Loin d’être un frein, l’erreur est susceptible de représenter une source d’inspiration et de créativité en entreprise.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion