Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Axis Communications lance ses caméras antidéflagrantes en zones dangereuses

Le géant suédois de la vidéosurveillance sur IP dévoile ses premières caméras réseau antidéflagrantes pour la surveillance des zones explosives. Ces caméras sont protégées par un boîtier en inox qui a été conçu par le groupe Oxalis, le fournisseur britannique spécialisé dans les solutions de communication et de sécurité pour zones à risques.

Le spécialiste de la vidéo sur IP se lance dans la vidéo surveillance des sites industriels à haut-risque en présentant ses premières caméras réseau anti-déflagrantes fixes XF40-Q1765 et PTZ XP40-Q1765. Dans certaines zones, où l’on traite avec des produits hautement inflammables, une étincelle, la plus infime soit-elle, risque de provoquer une explosion dévastatrice. On pense notamment aux installations pétrolifères, aux plateformes offshore, aux navires transporteurs d’hydrocarbures. Mais aussi aux industries productrices de poussières inflammables comme les usines de papeterie ou de filature. Et puisque la plupart des caméras de surveillance sont dotées d’un réseau et d’un système électronique, elles ne sont donc pas exemptes de ce risque. « Avec ces nouvelles caméras réseau antidéflagrantes, nous proposons aux directeurs d’installations pétrolières, gazières, chimiques, papetières et textiles une puissante solution de vidéosurveillance des zones dangereuses » souligne Erik Frännlid, directeur de la gestion des produits chez Axis Communications.
Pour cela, chaque caméra a été dotée d’un boîtier en inox, fournit par le groupe Oxalis, spécialisé dans les solutions de communication et de sécurité pour zones à risques, et certifié 316L pour les zones explosives d’après les normes ATEX, IECEx ou encore cLCus. Ce boîtier est chargé d’empêcher toute étincelle de se propager à l’extérieur de la caméra et d’enflammer les gaz ou la poussière présents dans l’atmosphère. De plus, il est possible d’équiper la caméra d’accessoires également antidéflagrants tels que des fixations, des supports pour poteau ou encore des réservoirs de lavage sous pression. « En nous associant à Oxalis Group, nous conjuguons notre connaissance des systèmes sur réseaux numériques à une précieuse expertise en matière de protection contre les explosions », reconnaît Erik Frännlid.
Bien sûr, ces caméras, haute définition, présentent toutes les caractéristiques d’un modèle de vidéosurveillance high-tech, en étant compatibles avec les équipements usuels (contrôle d’accès, alarmes incendie, logiciel de gestion vidéo) et accessibles à distance via un réseau IP. De plus, le modèle XP40-Q1765 a la capacité d’effectuer des vues panoramiques à 360°. Si ces caméras seront disponibles à la fin de l’année, la note est tout de même assez salée : entre 6.220 euros et 16.500 euros.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion